Logo

Coordination des prélèvements d'organes et de tissus

  •  

    La greffe (cœur, poumons, foie, moelle osseuse) permet de sauver des vies, d’améliorer la survie des insuffisants rénaux en dialyse, et aussi de rendre une vision à des patients souffrant de maladies de la cornée.

    Le CHRU de Besançon est un centre hospitalier où sont réalisées chaque année :

    • des prélèvements d’organes et de tissus
    • des transplantations hépatiques, des transplantations rénales
    • des greffes de cornées, des valves cardiaques, de vaisseaux, de tissus osseux
    • des greffes de moelle osseuse.

    Le rein (le plus fréquemment), le foie, le cœur, les poumons, le pancréas mais aussi les cornées, et parfois des parties de l’intestin ou des tissus comme des os, des artères, des valves cardiaques peuvent être greffés…Le rein peut être greffé à partir d’un donneur vivant (organe pair), et sous des conditions très strictes. Les autres organes seront issus de donneurs décédés dans des conditions qui permettent le prélèvement d’organes (mort cérébrale essentiellement).

    Au CHRU de Besançon, s’effectuent chaque année des prélèvements d’organes et de tissus à destination de toute la France, en fonction des listes nationales d’attente des receveurs. La Coordination des prélèvements d’organes et de tissus est un service entièrement dédié à cette activité. 

     

  • L'équipe,  infirmières coordinatrices et médecin référent, a pour mission essentielle de prendre en charge un donneur potentiel (et sa famille) depuis la mort encéphalique jusqu’à la restitution du défunt à sa famille (dans le cas d’une non-opposition au don d’organes), mais aussi d’effectuer des prélèvements de cornées sur donneur à cœur arrêté. 

    Elle contribue au bon déroulement du prélèvement et au respect des règles de bonnes pratiques de l’Agence de biomédecine (l’ABM), agence gouvernementale qui exerce ses missions dans un vaste domaine couvrant : 

    • les activités de prélèvement et de greffe d’organes, de tissus et de cellules souches hématopoïétiques,
    • les activités cliniques et biologiques d’assistance médicale à la procréation,
    • les activités de diagnostic prénatal, préimplantatoire et génétique,
    • les activités de recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines et l’embryon humain.

    Une autre mission, tout aussi capitale, est l’information délivrée aux professionnels de santé, mais aussi aux établissements scolaires secondaires et au grand public.

    Le rôle de la Coordination hospitalière est :

    • d’accueillir et d’accompagner les proches en deuil, de recueillir la non-opposition au don d’organes après consultation du registre national des refus ;
    • de s’enquérir des antécédents médicaux et chirurgicaux auprès des proches et du médecin traitant ;
    • d’assurer la sécurité sanitaire des futurs greffés (transmission de maladies) ;
    • d’organiser la logistique du prélèvement multiorgane et des prélèvements de tissus ;
    • d’être garant du type de greffons autorisés au prélèvement, de la restitution tégumentaire ;
    • d'assurer le suivi du prélèvement, le convoyage des greffons et la transmission des documents obligatoires.
  • Médecin référent : Dr Sabine VERDY

    Infirmières coordinatrices :

    • Laëtitia BAZIN
    • Aline BOUCHET
    • Anne-Sophie COURTOT
    • Elodie JAVOUREZ
    • Elise MOUGIN
    • Florence VRAC

    Secrétariat : Patricia FIGEROD

     

  •  

    Les 3 conditions du prélèvement, en France : le consentement présumé, la gratuité et l'anonymat.  

    Toute personne décédée est considérée comme consentante au don d’organes et de tissus en vue de greffe si elle n’a pas manifesté d’opposition de son vivant.


    Pour manifester son opposition, il existe 2 possibilités :  

    • Le registre national des refus (RNR) : il répertorie toutes les personnes qui ont souhaité laisser une trace légale de leur opposition à toute forme de prélèvement d’organes ou de tissus après leur décès. On peut s’y inscrire dès l’âge de 13 ans. Il suffit de télécharger et d’imprimer le formulaire sur la page : www.dondorganes.fr/046-comment-exprimer-son-refus   
    • Faire connaître votre choix est le confier à vos proches. C’est vers eux que les équipes médicales s’assureront (après avoir consulté le RNR) que vous n’étiez pas opposé au don de vos organes avant d’envisager tout prélèvement. 
      Avoir une carte de donneur dans ses papiers est une bonne initiative et aura la valeur de préciser votre positionnement. Néanmoins elle n’a pas actuellement de valeur légale.  

    Qui peut être donneur ? 

    Toute personne décédée après un traumatisme crânien,  un AVC ou après un arrêt cardiorespiratoire. La possibilité de prélever un ou plusieurs organes et des tissus est envisagée après le constat de décès, suite à l’arrêt irréversible de la vascularisation, donc de l’activité cérébrale. Jeune ou âgé, malade ou en bonne santé, il n’existe pas de contre-indication de principe au don d’organes et de tissus. Des donneurs de plus en plus âgés sont prélevés pour des receveurs de plus en plus âgés. 

    Les médecins sont seuls juges, au cas par cas, de la faisabilité du prélèvement, en ayant connaissance des antécédents du donneur et des risques sanitaires encourus.   

    Qui va recevoir des organes ?

    Ce sont des malades pour lesquels il n’existe aucune autre alternative thérapeutique. Ils sont inscrits sur une liste nationale d’attente. Si la transplantation du cœur, des poumons, du foie sont vitales, le rein, moins urgent, n’en est pas moins précieux par l’amélioration de la qualité et de l’espérance de vie des patients dialysés. 

     

Pôle Anesthésie - Réanimation chirurgicale

 Niveau -1, bâtiment gris

Préparez votre venue grâce au plan interactif
Informations pratiques

Coordination hospitalière
Tél. 03 81 66 80 80

Une documentation complète est à votre disposition dans le hall principal du CHRU, à proximité des hôtesses d’accueil.