Logo

Une étude pour mieux comprendre comment les adolescents régulent leurs émotions

Une étude pour mieux comprendre comment les adolescents régulent leurs émotions

Juillet 2021

Comment les adolescents modulent-ils leurs émotions ? La qualité des relations construites avec leur famille et amis a-t-elle une influence sur leur mode de vie, leur gestion du stress, leur façon de ressentir les choses ?

Au CHU de Besançon, des psychiatres ont cherché comment évaluer au mieux cette régulation émotionnelle, qui repose sur de nombreux facteurs. Dans cette étude, ils se sont intéressés au fonctionnement de l’adolescent et aux modalités d’interaction avec le parent, autour des besoins d’attachement, afin d’apporter des soins de façon plus adaptée.

L'adolescence, période de transition s'accompagnant le plus souvent de tumultes émotionnels, permet de parvenir à une maturation psychique et à une certaine autonomie. Selon leur tempérament et vécu, certains adolescents vont avoir des difficultés à réguler leur réactivité émotionnelle et présenteront des troubles du comportement, des souffrances psychiques. En France, le suicide est la 2e cause de mortalité des 15-24 ans. Ce passage à l’acte est souvent associé à de grandes difficultés à gérer les émotions dont le stress.

Le CHU de Besançon a mis en place un projet de recherche visant à définir des outils permettant de mieux comprendre les processus à l’origine des dysrégulations émotionnelles via la théorie de l'attachement.

L’attachement est un besoin inné considéré comme universel et irrépressible : chaque nouveau-né nait avec un besoin de s'attacher. A partir des réactions et des réponses des parents lors des moments de détresse, l'enfant va construire ses propres modèles mentaux de ses relations d’attachement, qui resteront inscrits, plus ou moins consciemment : « Comment exprimer ma détresse pour qu’elle soit comprise ? Que puis-je attendre de mes parents ? Quel réconfort ai-je reçu ? ». L'individu aura tendance, selon son style d’attachement, à percevoir les évènements de vie, les relations aux autres et la régulation de ses émotions à travers les relations qu’il aura partagé avec ses parents, ou des personnes qui se seront le plus occupées de lui.

Plusieurs styles d’attachement définis de façon universelle existent :

  • Le premier, le plus représenté dans la population est l’attachement sécure. Il conduit à la confiance dans la disponibilité d'autrui, une bonne estime de soi. La personne peut exprimer facilement ses émotions et rechercher de l’aide si besoin.
  • Les 2 styles suivants ne sont pas en soi pathologiques, mais adaptatifs à la relation que les enfants ont vécue. Dans certains cas, ils peuvent fragiliser les individus.

    • L’attachement évitant amène à ne compter que sur soi, à éviter l’intimité et à ressentir des émotions négatives.
    • L’attachement préoccupé entraine un manque de confiance en soi. La personne recherche les contacts mais n’est jamais satisfaite : elle gère difficilement le stress et les émotions négatives.

  • Le dernier style, l ’attachement désorganisé est directement lié à la pathologie. Il correspond à l’absence de modèle stable de l’autre et de la relation, et entraîne le recours à des stratégies peu organisées, pour s’assurer de la disponibilité de ses parents souvent imprévisibles.

Au total, 81 adolescents lycéens et collégiens ont participé à cette étude. L’équipe utilise des stimuli visuels pour susciter des émotions et mesurer les paramètres neurovégétatifs de régulation émotionnelle en fonction des styles d’attachement. Ainsi, pendant que l’adolescent visionne des images activant l’attachement (personnages en situation de détresse, de solitude, de séparation suivies d’images de réconfort et de retrouvailles), ses mouvements oculaires sont mesurés ainsi que certains paramètres physiologiques (fréquence cardiaque, micro-sudation).

Cette étude implique également la participation de l’un des parents de chaque adolescent qui est reçu en entretien pour aborder les relations avec son enfant. Puis, un temps d’échange filmé est prévu entre le parent et l’adolescent pendant lequel ils débattent sur un sujet sur lequel ils sont en désaccord. Tous ces éléments sont ensuite analysés.

Cette recherche vise à caractériser quelles stratégies un adolescent utilise face à des émotions négatives en fonction de son style d’attachement et quelle est sa représentation de l’aide. Elle vise également à identifier des stratégies inconscientes ou « patterns d’exploration visuelle » activant l’attachement en sollicitant des émotions négatives comme des émotions liées au réconfort et à l’apaisement. Ces patterns pourraient constituer une aide diagnostique et thérapeutique pour des adolescents à risque de dérégulation émotionnelle, pour qui les outils traditionnels d’évaluation sont peu adaptés.

Les données obtenues permettront d’avoir une meilleure compréhension des réactions émotionnelles des adolescents, de ce qu’ils attendent des relations avec les autres, des modalités de relation avec leur(s) parent(s), et de savoir comment leur style d’attachement joue sur leur état de bien-être ou de stress. Cette approche innovante permettra alors d’adapter plus spécifiquement les soins à chaque adolescent et à leur famille en fonction de leur style d’attachement : choix des médiations thérapeutiques, du mode d'hospitalisation, choix du moment d'intervention.

A lire aussi :

Spondyloarthrites : webconférence mercredi 12 octobre
Actu générale

Septembre 2022

Spondyloarthrites : webconférence mercredi 12 octobre

A l’occasion de la journée mondiale des rhumatismes inflammatoires, la webconférence Spondyloarthrites, parlons-en ! sera animée le mercredi 12 octobre de 18h30 à 19h15 le Pr Daniel Wendling, rhumatologue au CHU de...

En savoir plus

Semaine européenne du développement durable : focus sur un projet conduit au CHU
Actu générale

Septembre 2022

Semaine européenne du développement durable : focus sur un projet conduit au CHU

92 000 litres d’eau, 743 m3 de gaz et 6 300 kWh d’électricité économisés en 6 mois : cette diminution de consommation de ressources est celle constatée au CHU de Besançon, début 2020, à l’issue d’un projet mené au titre de...

En savoir plus

L’Échinococcose alvéolaire, quésaco ?
Actu générale

Septembre 2022

L’Échinococcose alvéolaire, quésaco ?

Très présente dans l’Est de la France, cette maladie appelée communément « la maladie du renard » reste encore bien méconnue du grand public.

En savoir plus

Cancer de la prostate : Messieurs, à vos abdos !
Actu générale - Recherche

Septembre 2022

Cancer de la prostate : Messieurs, à vos abdos !

Le cancer de la prostate est le premier cancer masculin, il tue environ 9000 personnes par an. Le traitement de référence, lorsqu'il n'y a pas de métastase, consiste à ôter la prostate et les vésicules séminales. C'est-ce...

En savoir plus

Septembre turquoise
Actu générale

Septembre 2022

Septembre turquoise

Septembre Turquoise est le mois de sensibilisation à la lutte contre les cancers gynécologiques.

En savoir plus

Dons d’ovocytes et de spermatozoïdes : pourquoi donner ses gamètes ?
Actu générale

Septembre 2022

Dons d’ovocytes et de spermatozoïdes : pourquoi donner ses gamètes ?

La nouvelle loi relative à la bioéthique promulguée le 2 août 2021 vient d’introduire d’importants changements avec l’ouverture de l'accès à l'assistance médicale à la procréation (aussi appelée PMA) aux couples de...

En savoir plus

L'imagerie du CHU à la pointe des technologies innovantes avec le renouvellement de l'IRM 3T
Actu générale

Septembre 2022

L'imagerie du CHU à la pointe des technologies innovantes avec le renouvellement de l'IRM 3T

Le plateau technique d’imagerie du CHU est composé de deux IRM : une IRM 1,5 Tesla et une IRM 3 Tesla. Pour maintenir son haut niveau de performance, le CHU vient de renouveler son IRM 3T avec le choix d’un appareil de...

En savoir plus

Vers une prise en charge robotisée des infarctus cérébraux
Actu générale - Recherche

Septembre 2022

Vers une prise en charge robotisée des infarctus cérébraux

Les infarctus cérébraux constituent la première cause d’invalidité dans le monde, notamment en raison du délai de prise en charge des patients éloignés des centres proposant des procédures de neuroradiologie...

En savoir plus

Prévenir la mort inattendue du nourrisson et comprendre le sommeil de l'enfant
Actu générale

Septembre 2022

Prévenir la mort inattendue du nourrisson et comprendre le sommeil de l'enfant

A l’occasion de la semaine nationale de prévention de la mort inattendue du nourrisson (MIN), le Centre de référence de la MIN et les équipes de la maternité du CHU de Besançon renouvellent leur journée annuelle de...

En savoir plus

Accès au CHU pour les patients et les visiteurs : le port du masque reste obligatoire
Actu générale

Août 2002

Accès au CHU pour les patients et les visiteurs : le port du masque reste obligatoire

Depuis le 1er août 2022, l’accès à l’ensemble des sites du CHU de Besançon n’est plus conditionné à la présentation d’un passe sanitaire, suite à l’entrée en vigueur de la loi du 30 juillet 2022 mettant fin aux régimes...

En savoir plus