Logo

Soutien au développement des prématurés : 10 ans de soins sur mesure avec le NIDCAP

Soutien au développement des prématurés : 10 ans de soins sur mesure avec le NIDCAP

Décembre 2018

Afin d’améliorer la prise en charge de la prématurité, le CHU de Besançon a développé depuis 10 ans un programme de soutien au développement des prématurés par des soins individualisés selon leur rythme et leurs besoins, le NIDCAP. Ce programme, au cœur duquel prime la relation humaine, diminue les risques de complications pour le bébé et aide les parents à mieux vivre le traumatisme d’une naissance prématurée.

La prématurité représente un réel enjeu de santé publique avec chaque année en France 8 % des naissances qui ont lieu avant la 37ème semaine d’aménorrhée, soit 60 000 bébés. On qualifie de grande prématurité les naissances avant 32 semaines d’aménorrhée. Pour ces nourrissons, 12 000 naissances par an, particulièrement vulnérables et dont le cerveau est encore très immature, une prise en charge spécifique et sur mesure est essentielle. En effet, en plus des conséquences psychologiques liées à leur naissance prématurée, ces enfants ont une tolérance très individuelle au stress induit par des soins très intensifs. L’objectif du NIDCAP est de limiter au maximum ce stress et ainsi de favoriser leur avenir moteur, sensoriel ou neurocomportemental à long terme.

Dans les années 80, suite aux travaux de recherche sur l’observation comportementale du nouveau-né, des médecins américains ont émis l’hypothèse que les très nombreuses agressions que subit le prématuré en réanimation ou en néonatologie pouvaient être des stimuli nocifs, car non filtrés par un système nerveux très immature. Un programme spécifique a été alors été développé : le NIDCAP (Neonatal Individualized Developmental Care and Assessement Program) ou Programme néonatal individualisé d’évaluation et de soutien du développement.

Le NIDCAP est un programme d’intervention précoce destiné aux prématurés, mais pouvant être utilisé chez tous les nouveau-nés à risque. Son approche est basée sur une individualisation des soins dès la naissance de l’enfant, une limitation des stimulations supplémentaires et une valorisation du lien parental.

Le NIDCAP bisontin fête ses 10 ans

Le CHU de Besançon a été l’un des premiers CHU à développer les soins de développement pour améliorer l’environnement du prématuré en réanimation. Il y a 10 ans, le programme NIDCAP était intégré dans une démarche commune, à la fois médicale, paramédicale, parentale et institutionnelle impliquant l’ensemble des acteurs nécessaires à son application.

Depuis 2008, 10 soignantes ont été certifiées NIDCAP après 2 ans de formation à cette nouvelle approche du soin en néonatologie. Cette méthode est désormais intégrée par l’ensemble de l’équipe qui a mis en place des « observations » comportementales très fines et codifiées avant, pendant et après les soins. Outil phare du NIDCAP, les observations du nouveau-né permettent d’adapter les soins et l’environnement à l’évolution de son développement (environ tous les quinze jours) et sont réalisées en lien étroit avec les parents, véritables co-acteurs de la prise en charge.

Des aménagements spécifiques ont été mis en place pour améliorer l’environnement du prématuré : ambiance feutrée et tamisée, adaptation du bruit et de la lumière aux différents moments de la journée et lors des soins, création de trois chambres mère/enfant permettant une présence 24h/24 aux côtés du nourrisson…

Au CHU de Besançon, 150 grands prématurés ont été pris en charge en 2017 dans les services de réanimation infantile et de néonatologie.

Dans la région, le réseau de périnatalité de Franche-Comté œuvre à diffuser les pratiques du NIDCAP à l’ensemble des services de néonatologie.

Les nombreux bénéfices d’une approche innovante

Les études et les évaluations ont validé les nombreux bénéfices immédiats pour le bébé : une meilleure croissance, une diminution des situations de stress, des durées de ventilation artificielle et d’oxygénothérapie diminuées, moins de complications et un séjour d’hospitalisation plus court. Le soutien à l’allaitement est essentiel dans le NIDCAP et permet au nourrisson de bénéficier de tous les bienfaits du lait maternel, favorisant sa croissance physique et affective. Autour de 18 mois, l’enfant présente un meilleur comportement neuro-développemental et sur le plus long terme, les difficultés d’apprentissage plus fréquentes chez les « anciens » prématurés ont diminué.

Chez les parents, on relève une diminution du stress post-traumatique d’une naissance prématurée, une relation d’attachement plus forte, une plus grande confiance dans leur rôle de parents, des conditions d’arrivée à domicile du bébé facilitées et un allaitement maternel prolongé.

Quant aux équipes soignantes, elles voient leurs pratiques de soins améliorées dans une démarche de bienveillance et de qualité. Elles ont une meilleure compréhension des besoins du bébé et bénéficient du partenariat parental dans une relation de confiance. C’est un projet de service fédérateur qui est avant tout une aventure humaine très riche.

L’implication des associations bisontines

Plusieurs associations bisontines sont très actives en faveur des enfants hospitalisés et notamment le Club Kiwanis de Besançon qui contribue financièrement à des actions menées en pédiatrie et en néonatologie. A l’occasion du 10ème anniversaire du NIDCAP, le Club Kiwanis a financé l’achat de deux balances de précision permettant de favoriser la maîtrise de l’allaitement maternel. Le CHU lui adresse ses sincères remerciements pour sa générosité.

A lire aussi :

Spondyloarthrites : webconférence mercredi 12 octobre
Actu générale

Septembre 2022

Spondyloarthrites : webconférence mercredi 12 octobre

A l’occasion de la journée mondiale des rhumatismes inflammatoires, la webconférence Spondyloarthrites, parlons-en ! sera animée le mercredi 12 octobre de 18h30 à 19h15 le Pr Daniel Wendling, rhumatologue au CHU de...

En savoir plus

Semaine européenne du développement durable : focus sur un projet conduit au CHU
Actu générale

Septembre 2022

Semaine européenne du développement durable : focus sur un projet conduit au CHU

92 000 litres d’eau, 743 m3 de gaz et 6 300 kWh d’électricité économisés en 6 mois : cette diminution de consommation de ressources est celle constatée au CHU de Besançon, début 2020, à l’issue d’un projet mené au titre de...

En savoir plus

L’Échinococcose alvéolaire, quésaco ?
Actu générale

Septembre 2022

L’Échinococcose alvéolaire, quésaco ?

Très présente dans l’Est de la France, cette maladie appelée communément « la maladie du renard » reste encore bien méconnue du grand public.

En savoir plus

Cancer de la prostate : Messieurs, à vos abdos !
Actu générale - Recherche

Septembre 2022

Cancer de la prostate : Messieurs, à vos abdos !

Le cancer de la prostate est le premier cancer masculin, il tue environ 9000 personnes par an. Le traitement de référence, lorsqu'il n'y a pas de métastase, consiste à ôter la prostate et les vésicules séminales. C'est-ce...

En savoir plus

Septembre turquoise
Actu générale

Septembre 2022

Septembre turquoise

Septembre Turquoise est le mois de sensibilisation à la lutte contre les cancers gynécologiques.

En savoir plus

Dons d’ovocytes et de spermatozoïdes : pourquoi donner ses gamètes ?
Actu générale

Septembre 2022

Dons d’ovocytes et de spermatozoïdes : pourquoi donner ses gamètes ?

La nouvelle loi relative à la bioéthique promulguée le 2 août 2021 vient d’introduire d’importants changements avec l’ouverture de l'accès à l'assistance médicale à la procréation (aussi appelée PMA) aux couples de...

En savoir plus

L'imagerie du CHU à la pointe des technologies innovantes avec le renouvellement de l'IRM 3T
Actu générale

Septembre 2022

L'imagerie du CHU à la pointe des technologies innovantes avec le renouvellement de l'IRM 3T

Le plateau technique d’imagerie du CHU est composé de deux IRM : une IRM 1,5 Tesla et une IRM 3 Tesla. Pour maintenir son haut niveau de performance, le CHU vient de renouveler son IRM 3T avec le choix d’un appareil de...

En savoir plus

Vers une prise en charge robotisée des infarctus cérébraux
Actu générale - Recherche

Septembre 2022

Vers une prise en charge robotisée des infarctus cérébraux

Les infarctus cérébraux constituent la première cause d’invalidité dans le monde, notamment en raison du délai de prise en charge des patients éloignés des centres proposant des procédures de neuroradiologie...

En savoir plus

Prévenir la mort inattendue du nourrisson et comprendre le sommeil de l'enfant
Actu générale

Septembre 2022

Prévenir la mort inattendue du nourrisson et comprendre le sommeil de l'enfant

A l’occasion de la semaine nationale de prévention de la mort inattendue du nourrisson (MIN), le Centre de référence de la MIN et les équipes de la maternité du CHU de Besançon renouvellent leur journée annuelle de...

En savoir plus

Accès au CHU pour les patients et les visiteurs : le port du masque reste obligatoire
Actu générale

Août 2002

Accès au CHU pour les patients et les visiteurs : le port du masque reste obligatoire

Depuis le 1er août 2022, l’accès à l’ensemble des sites du CHU de Besançon n’est plus conditionné à la présentation d’un passe sanitaire, suite à l’entrée en vigueur de la loi du 30 juillet 2022 mettant fin aux régimes...

En savoir plus