Logo

Risque cardio-vasculaire : efficacité démontrée d’une biothérapie anti-cholestérol

Retrouvez le fil d'actualités recherche RSS

Risque cardio-vasculaire : efficacité démontrée d’une biothérapie anti-cholestérol

Septembre 2017

Une étude internationale, dont le volet français a été piloté au CHU de Besançon, démontre pour la première fois l’efficacité d’une biothérapie anti-cholestérol face au risque de survenue d’un nouvel événement cardiovasculaire.

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde : quatre décès sur cinq surviennent par crise cardiaque ou AVC. 

Principal responsable des maladies cardiovasculaires : le « mauvais » cholestérol ou LDL-cholestérol. C'est un agent causal de l’athérosclérose, en particulier coronaire, entraînant leur durcissement progressif.  Le diamètre des artères est réduit, la circulation du sang devient plus difficile et peut aller jusqu’à l’obstruction d’un vaisseau et à l’infarctus. En Europe, 60% des patients à haut risque cardiovasculaire recevant un traitement visant à faire baisser leur taux de mauvais cholestérol voient celui-ci stagner au-dessus de 0,7 g/Litre, seuil de recommandation des autorités européennes.

L’étude a été menée dans 49 pays et portait sur plus de 27 564 patients à haut risque cardiovasculaire. Tous avaient un traitement par statines à intensité maximale tolérée. Ils ont été randomisés en deux groupes, l’un avec placebo, l’autre avec la nouvelle biothérapie anti-cholestérol, un anticorps administré par injections sous-cutanées deux fois par mois, inhibant PCSK9.

Cette molécule PCSK9 est présente dans la circulation sanguine et limite l’épuration du LDL-cholestérol par le foie. Inversement, son inhibition permet une forte baisse du LDL-cholestérol. Or, pour chaque diminution de 0,38 g/L du LDL-cholestérol, on diminue de 20% le risque de subir un nouvel événement cardiovasculaire de type AVC, infarctus du myocarde ou décès cardiovasculaire.

Après 48 semaines de traitement, le taux de LDL-cholestérol avait diminué de 59% dans le groupe avec biothérapie anti-cholestérol, abaissant le taux de LDL-cholestérol, en moyenne à 0,3 g/L (contre 0,9 g/L dans le groupe contrôle). 

Pour la première fois, on démontre que l’injection d’un anticorps  inhibiteur de PSCK9, en réduisant davantage le « mauvais » cholestérol, diminue significativement le nombre d’événements cardiovasculaires, infarctus et accident vasculaire cérébral en particulier. On montre aussi que les valeurs très basses du LDL-cholestérol (un quart des patients sous inhibiteur de PCSK9 avaient un LDL-cholestérol < 0,25 g/L) sont très bien tolérées et protègent très efficacement de la survenue d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral. 

Pour les patients dont le taux de cholestérol reste très élevé malgré les traitements classiques,  en particulier les statines et l’ezétimibe, cette biothérapie se profile comme un nouvel espoir. 

Le volet français de cette étude a été piloté au CHU de Besançon, par le Pr François Schiele.

◄ Retour à la liste

A lire aussi :

Profession chercheur : RDV avec Didier Hocquet
Actu générale - Recherche

Profession chercheur : RDV avec Didier Hocquet

Profession chercheur, la mini-série vidéo du CHU de Besançon qui dévoile en 3 minutes un projet de recherche

En savoir plus

Quelle est la part de la population infectée par le coronavirus en Bourgogne Franche-Comté ?
Actu générale - Recherche

Octobre 2020

Quelle est la part de la population infectée par le coronavirus en Bourgogne Franche-Comté ?

Depuis décembre 2019, le SARS-CoV-2 sévit mais le nombre de personnes ayant été touchées à l’échelle de notre région, reste largement méconnu. Le CHU de Besançon met en place une étude estimant la séroprévalence,...

En savoir plus

Cancers HPV : une nouvelle stratégie d’immunothérapie évaluée au CHU de Besançon
Recherche

Septembre 2020

Cancers HPV : une nouvelle stratégie d’immunothérapie évaluée au CHU de Besançon

Les cancers liés aux papillomavirus humains (HPV) touchent chez les hommes et les femmes, les sphères digestives et gynécologiques (col de l’utérus, vulve, vagin, anus) ainsi que les voies aérodigestives supérieures...

En savoir plus

Profession chercheur : RDV avec le Pr Haffen
Recherche

Septembre 2020

Profession chercheur : RDV avec le Pr Haffen

Profession chercheur, c’est une toute nouvelle mini-série vidéo du CHU de Besançon qui dévoile en moins de 3 minutes un projet de recherche.

En savoir plus

Odon Device™ : Vers une nouvelle expérience de l’accouchement instrumental
Actu générale - Recherche

Août 2020

Odon Device™ : Vers une nouvelle expérience de l’accouchement instrumental

Odon Device est un nouveau dispositif d’accouchement qui pourrait permettre de limiter le recours à la césarienne. L’Organisation Mondiale de la Santé soutient son développement à travers son programme de recherche...

En savoir plus

Hacking Health : le défi APS (Augmented Patient Setup)
Recherche

Août 2020

Hacking Health : le défi APS (Augmented Patient Setup)

En 2017, lors de la 1re édition du Hacking Health Besançon, le défi APS - Augmented Patient Setup –était identifié comme un projet prometteur. L’objectif de ce projet initié par Florent Tochet, radiophysicien au CHU de...

En savoir plus

FIBROLUTION - Cibler la reprogrammation des macrophages pour résoudre la fibrose
Recherche

Août 2020

FIBROLUTION - Cibler la reprogrammation des macrophages pour résoudre la fibrose

Après une blessure, l’organisme met en place une réponse inflammatoire afin de se protéger contre de potentiels intrus comme les virus ou les bactéries. Cette réaction inflammatoire met en jeu des cellules immunitaires tel...

En savoir plus

L’efficacité de la Team DV validée par une prestigieuse revue scientifique
Actu générale - Recherche

Août 2020

L’efficacité de la Team DV validée par une prestigieuse revue scientifique

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) constitue la forme la plus grave de l’atteinte pulmonaire liée au COVID 19 et est responsable d’une mortalité importante (entre 30 à 50 %). En pleine crise sanitaire, au...

En savoir plus

COVID-19 : Une évolution technologique du scanner permet de mieux comprendre l’atteinte pulmonaire
Actu générale - Recherche

Juillet 2020

COVID-19 : Une évolution technologique du scanner permet de mieux comprendre l’atteinte pulmonaire

Une nouvelle publication du pôle imagerie du CHU de Besançon montre que la vascularisation sanguine pulmonaire peut être diminuée sans que des caillots ne soient pourtant visibles.

En savoir plus

Rcom Recherche spécial COVID
Actu générale - Recherche

Juillet 2020

Rcom Recherche spécial COVID

Le dernier numéro de la revue du CHU de Besançon “R.com Recherche” est en ligne. 

En savoir plus