Logo

Risque cardio-vasculaire : efficacité démontrée d’une biothérapie anti-cholestérol

Retrouvez le fil d'actualités recherche RSS

Risque cardio-vasculaire : efficacité démontrée d’une biothérapie anti-cholestérol
Une étude internationale, dont le volet français a été piloté au CHU de Besançon, démontre pour la première fois l’efficacité d’une biothérapie anti-cholestérol face au risque de survenue d’un nouvel événement cardiovasculaire.

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde : quatre décès sur cinq surviennent par crise cardiaque ou AVC. 

Principal responsable des maladies cardiovasculaires : le « mauvais » cholestérol ou LDL-cholestérol. C'est un agent causal de l’athérosclérose, en particulier coronaire, entraînant leur durcissement progressif.  Le diamètre des artères est réduit, la circulation du sang devient plus difficile et peut aller jusqu’à l’obstruction d’un vaisseau et à l’infarctus. En Europe, 60% des patients à haut risque cardiovasculaire recevant un traitement visant à faire baisser leur taux de mauvais cholestérol voient celui-ci stagner au-dessus de 0,7 g/Litre, seuil de recommandation des autorités européennes.

L’étude a été menée dans 49 pays et portait sur plus de 27 564 patients à haut risque cardiovasculaire. Tous avaient un traitement par statines à intensité maximale tolérée. Ils ont été randomisés en deux groupes, l’un avec placebo, l’autre avec la nouvelle biothérapie anti-cholestérol, un anticorps administré par injections sous-cutanées deux fois par mois, inhibant PCSK9.

Cette molécule PCSK9 est présente dans la circulation sanguine et limite l’épuration du LDL-cholestérol par le foie. Inversement, son inhibition permet une forte baisse du LDL-cholestérol. Or, pour chaque diminution de 0,38 g/L du LDL-cholestérol, on diminue de 20% le risque de subir un nouvel événement cardiovasculaire de type AVC, infarctus du myocarde ou décès cardiovasculaire.

Après 48 semaines de traitement, le taux de LDL-cholestérol avait diminué de 59% dans le groupe avec biothérapie anti-cholestérol, abaissant le taux de LDL-cholestérol, en moyenne à 0,3 g/L (contre 0,9 g/L dans le groupe contrôle). 

Pour la première fois, on démontre que l’injection d’un anticorps  inhibiteur de PSCK9, en réduisant davantage le « mauvais » cholestérol, diminue significativement le nombre d’événements cardiovasculaires, infarctus et accident vasculaire cérébral en particulier. On montre aussi que les valeurs très basses du LDL-cholestérol (un quart des patients sous inhibiteur de PCSK9 avaient un LDL-cholestérol < 0,25 g/L) sont très bien tolérées et protègent très efficacement de la survenue d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral. 

Pour les patients dont le taux de cholestérol reste très élevé malgré les traitements classiques,  en particulier les statines et l’ezétimibe, cette biothérapie se profile comme un nouvel espoir. 

Le volet français de cette étude a été piloté au CHU de Besançon, par le Pr François Schiele.

◄ Retour à la liste

A lire aussi :

Hacking Health 2019 : 1re conférence inspirante
Actu générale - Recherche

Avril 2019

Hacking Health 2019 : 1re conférence inspirante

Le 3e marathon d’innovation en santé, ou Hacking Health, se tiendra du 18 au 20 octobre prochain. Mais déjà tout est mis en œuvre pour identifier des défis émanant de professionnels de santé ou de patients.
Plusieurs...

En savoir plus

4 avril 2019 : 8e journée de l'Innovation
Actu générale - Recherche

Mars 2019

4 avril 2019 : 8e journée de l'Innovation

Une rencontre annuelle unique réunissant les chercheurs académiques, les professionnels hospitaliers et les industriels high-tech qui oeuvrent pour l’innovation technologique en santé.
 

En savoir plus

Grossesses multiples et pollution de l'air : existe-t-il un lien entre polluants atmosphériques et croissance fœtale ?
Actu générale - Recherche

Mars 2019

Grossesses multiples et pollution de l'air : existe-t-il un lien entre polluants atmosphériques et croissance fœtale ?

Plusieurs études ont établi un lien entre pollution de l’air élevée et troubles de la croissance foetale. Ces études portent sur des grossesses uniques (un foetus par grossesse), excluant quasi-systématiquement les...

En savoir plus

CAR T-CELLS : vers une nouvelle immunothérapie pour combattre le cancer du sang et de la moelle
Actu générale - Recherche

Février 2019

CAR T-CELLS : vers une nouvelle immunothérapie pour combattre le cancer du sang et de la moelle

A Besançon, des chercheurs de l’Etablissement français du sang ont intégralement conçu, en collaboration avec le service d’hématologie du CHU, la première immunothérapie cellulaire ciblant IL1-RAP. L’efficacité de ce...

En savoir plus

Prématurité, alimentation et présence parentale
Actu générale - Recherche

Janvier 2019

Prématurité, alimentation et présence parentale

Chaque année, en France, plus de 60 000 enfants naissent prématurément, soit une naissance prématurée toutes les 9 minutes. Si d’importantes innovations thérapeutiques ont augmenté le pronostic vital de ces nouveau-nés...

En savoir plus

Hacking Health 2018 : retour en images
Actu générale - Recherche

Décembre 2018

Hacking Health 2018 : retour en images

Le 2e marathon d'innovation à Besançon a rassemblé du 19 au 21 octobre 2018 plus de 400 participants, avec 24 problématiques présentées et autant de solutions envisagées !

Retour en images sur ce week-end extraordinaire.

...

En savoir plus