Logo

Prématurité, alimentation et présence parentale

Retrouvez le fil d'actualités recherche RSS

Prématurité, alimentation et présence parentale

Chaque année, en France, plus de 60 000 enfants naissent prématurément, soit une naissance prématurée toutes les 9 minutes. Si d’importantes innovations thérapeutiques ont augmenté le pronostic vital de ces nouveau-nés fragiles, ils restent néanmoins exposés à diverses complications pouvant grever leur avenir moteur, sensoriel ou neuro-comportemental à long terme. Parmi ces possibles complications, figurent les troubles de l’alimentation dans les premières années de vie : refus des morceaux, refus de s’alimenter, allongement du temps de repas, absence de plaisir…

Plusieurs études ont montré l’importance de la présence des parents lors de l’alimentation au cours de l’hospitalisation néonatale, et de leur participation à ce soin particulièrement délicat chez ces enfants vulnérables. Face au constat d’une présence parentale relativement faible, une équipe du CHU de Besançon souhaite, dans le cadre d’un projet de recherche paramédicale, quantifier et identifier les freins à cette présence lors des temps d’alimentation.

Au CHU de Besançon, environ 125 grands prématurés, nés avant 32 semaines d’aménorrhée, sont pris en charge chaque année dans le service de réanimation infantile et néonatologie. Ils bénéficient d’un programme de soutien au développement par des soins individualisés selon leur rythme et leurs besoins : le NIDCAP. Ce programme vise à diminuer les risques de complications pour le bébé et à aider les parents à mieux vivre le traumatisme d’une naissance prématurée. Il implique d’adapter les soins en fonction des réactions propres à chaque enfant et d’encourager la présence des parents, en les impliquant dans différents soins, dont les temps d’alimentation. Dès que possible, les parents, aidés par les soignants, sont invités à participer à l’alimentation de leur enfant, d’abord à l’aide de quelques gouttes de lait déposées sur ses lèvres, puis selon la maturité du bébé, à la seringue, au sein et/ou au biberon… Malgré un environnement très technique, ces temps de repas sont particulièrement appropriés pour favoriser l’attachement parents/enfant.

Une étude pilote menée en 2017 au sein du CHU de Besançon a cependant établi que peu de temps d’alimentation se déroulaient en présence des parents alors même que ceux-ci s’impliquent fortement dans d’autres soins tels que les soins d’hygiène ou le peau à peau.

Quel est exactement le temps de présence parentale lors des repas d’enfants prématurés ? Quels sont les facteurs influençant cette présence parentale ? Quels sont les freins à la participation des parents à ces temps de repas?

Dans le cadre d’un projet de recherche paramédicale, le service de réanimation infantile et néonatologie tentera de répondre à ces questions, afin de disposer de tous les éléments nécessaires pour définir une stratégie favorisant cette présence parentale. Ce projet a été conçu et sera conduit en partenariat avec le réseau de périnatalité de Franche-Comté, un parent d’enfant prématuré, l’association SOS préma, le service de psychiatrie infanto-juvénile et l’uMETh (unité de méthodologie du CIC Inserm 1431 du CHU de Besançon). Il est financé dans le cadre de l’Appel à Projets PARAmédical 2018 du GIRCI Est.

La description précise de la présence parentale lors des temps d’alimentation, et des facteurs associés à cette présence, permettra à terme d’améliorer la prise en charge de ces enfants, de plus en plus nombreux, qui arrivent au monde un peu trop tôt.

◄ Retour à la liste

A lire aussi :

CAR T-CELLS : vers une nouvelle immunothérapie pour combattre le cancer du sang et de la moelle
Actu générale - Recherche

Février 2019

CAR T-CELLS : vers une nouvelle immunothérapie pour combattre le cancer du sang et de la moelle

A Besançon, des chercheurs de l’Etablissement français du sang ont intégralement conçu, en collaboration avec le service d’hématologie du CHU, la première immunothérapie cellulaire ciblant IL1-RAP. L’efficacité de ce...

En savoir plus

Hacking Health 2018 : retour en images
Actu générale - Recherche

Décembre 2018

Hacking Health 2018 : retour en images

Le 2e marathon d'innovation à Besançon a rassemblé du 19 au 21 octobre 2018 plus de 400 participants, avec 24 problématiques présentées et autant de solutions envisagées !

Retour en images sur ce week-end extraordinaire.

...

En savoir plus

UNE ALIMENTATION RICHE EN FROMAGE DÈS LE PLUS JEUNE ÂGE PROTÉGERAIT DES ALLERGIES
Recherche

Décembre 2018

UNE ALIMENTATION RICHE EN FROMAGE DÈS LE PLUS JEUNE ÂGE PROTÉGERAIT DES ALLERGIES

Une étude menée par le CHU de Besançon et l’Inra met en évidence l’intérêt d’une alimentation riche en fromage dès le plus jeune âge. Pour la première fois, est établie une association entre la consommation de fromage et...

En savoir plus

Comment est assurée la sécurité des personnes qui participent à un essai clinique ?
Recherche

Décembre 2018

Comment est assurée la sécurité des personnes qui participent à un essai clinique ?

La recherche clinique est un acte extrêmement encadré. La loi définit rigoureusement les modalités de protection des patients. Les essais cliniques sont contrôlés par le promoteur, par les autorités publiques compétentes...

En savoir plus

Hacking Health Besançon 2018 : bilan enthousiasmant !
Recherche

Octobre 2018

Hacking Health Besançon 2018 : bilan enthousiasmant !

Le Marathon d'innovation ouverte en santé, Hacking Health Besançon, s'est terminé dimanche 21 octobre par une remise des prix portée par l'enthousiasme des participants. Une nouvelle fois, l’alchimie a eu lieu : pendant 48...

En savoir plus

MiMédi en images
Actu générale - Recherche

Octobre 2018

MiMédi en images

En Franche-Comté, dix partenaires académiques et industriels se sont fédérés autour du projet MiMédi. Objectif : optimiser les étapes de fabrication des médicaments innovants par la conception et la réalisation d’un...

En savoir plus