Logo

Les inhibiteurs de Janus kinase dans la polyarthrite rhumatoïde

Retrouvez le fil d'actualités recherche RSS

Les inhibiteurs de Janus kinase dans la polyarthrite rhumatoïde

Septembre 2019

La polyarthrite rhumatoïde touche en France environ 200 000 personnes. Pour environ 30% d’entre elles, la maladie est résistante aux traitements. Apparus récemment, les inhibiteurs de Janus kinases (JAK) viennent s’ajouter à l’arsenal thérapeutique afin d’offrir aux patients une nouvelle ligne de traitement. Ces nouveaux traitements ont montré leur efficacité sur la maladie mais la première revue des données de pharmacovigilance, réalisée au CHU de Besançon, met en évidence la survenue possible de troubles oculaires chez des patients ainsi traités.
Sans remettre en cause le bénéfice de ces nouvelles molécules, ces travaux ont permis d’alerter quant à cette survenue possible d’évènement indésirable.
Ils rappellent aussi la nécessité pour chacun d’entre nous de déclarer les effets inattendus des médicaments et le rôle essentiel des centres de pharmacovigilance.

Illustration à partir de Freepick

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune qui se caractérise par une douleur et une inflammation des articulations. Récemment, les inhibiteurs de JAK, baricitinib et tofacitinib, deux médicaments homologués en Europe en 2017 pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde sont commercialisés sur le territoire français sous respectivement les noms de OLUMIANT et XELJANZ. Tous deux bloquent certaines enzymes situées au sein des cellules responsables de la pathologie et empêchent la production des substances inflammatoires responsables de la destruction des articulations. 
Les rhumatologues du CHU de Besançon ont constaté qu’un patient, traité par inhibiteur de JAK, subissait une perte de vision évoluant vers une ulcération de la cornée, avec une amélioration de la vision après arrêt définitif du traitement. 
Ils ont alerté le centre régional de pharmacovigilance de Franche-Comté qui a alors recensé jusqu'à mai 2018, l'ensemble des troubles oculaires survenus chez des patients avec un traitement par inhibiteurs de JAK enregistrés dans la base européenne de pharmacovigilance, Eudravigilance.
Au total, 41 cas de troubles oculaires non envisagés dans les effets indésirables ont été observés. Ces problèmes sont apparus chez des patients de 60 ans et en moyenne après un peu plus d’un an de traitement.

Divers symptômes extra-articulaires sont observés chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde parmi lesquels, des troubles de la vue (sécheresse oculaire, sclérite, uvéite). Pour autant, les rhumatologues devront garder en mémoire ce lien potentiel entre inhibiteurs de JAK et troubles oculaires même si les cas observés sont peu nombreux.

Pourquoi déclarer les effets indésirables non listés sur la notice des médicaments ?
Une fois sur le marché, le médicament sera employé chez une multitude de patients aux caractéristiques différentes (état pathologique, prise d'autres médicaments, âge, etc.). Des effets indésirables non mis en évidence lors des essais cliniques, peuvent survenir à tout instant.
Les notifications spontanées d'effets indésirables médicamenteux sont indispensables pour identifier de nouveaux risques et prendre rapidement les mesures nécessaires pour assurer la sécurité d'emploi des médicaments après leur mise sur le marché.
Les notifications d'effets indésirables médicamenteux doivent être déclarées aux centres régionaux de pharmacovigilance qui les analysent et les enregistrent dans la base nationale de pharmacovigilance pour une transmission à l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé et à l’European Medicine Agency.
Le signalement répété de cas similaires génère une alerte qui déclenche une enquête dont l'objectif est d'évaluer le problème et de préconiser les mesures préventives.
Dans la présente étude, les cas ont été principalement rapportés par des médecins (51%), les usagers viennent en seconde position (39 %) et enfin les autres professionnels de santé 10%.

Patients et professionnels de santé résidant dans les départements 25, 39, 70 et 90 peuvent déclarer les effets indésirables liés aux médicaments à l’adresse suivante
http://www.pharmacovigilance-fcomte.fr/1/accueil.html

A lire aussi :

R.COM n°31
Recherche

R.COM n°31

Le dernier numéro de la revue du CHU de Besançon “R.com Recherche” est en ligne. 

En savoir plus

Troubles psychotiques : le CHU de Besançon est membre du réseau de recherche F-PsyNET
Recherche

Janvier 2022

Troubles psychotiques : le CHU de Besançon est membre du réseau de recherche F-PsyNET

Labellisé F-CRIN en 2022, piloté par les Prs Pierre-Michel Llorca (CHU de Clermont-Ferrand – Institut Pascal) et Renaud Jardri (Lille neurosciences & Cognition, CHRU de Lille), F-PsyNET (French Psychosis Network) est un...

En savoir plus

Bio Innovation : le centre d’investigation clinique a intégré les locaux
Recherche

Janvier 2022

Bio Innovation : le centre d’investigation clinique a intégré les locaux

Bio Innovation est un centre de développement localisé sur le site des Hauts-du-Chazal ayant pour vocation de rapprocher les acteurs publics et privés de la recherche afin de favoriser la maturation de projets de...

En savoir plus

HARMI, un projet ciblé sur les microbes
Actu générale - Recherche

Janvier 2022

HARMI, un projet ciblé sur les microbes

Le projet HARMI* est l’un des 15 lauréats de l’appel à projets national ExcellencES. Porté par l’université Bourgogne Franche-Comté, il vise une connaissance optimale des microbes et de leurs interactions avec d’autres...

En savoir plus

REALYSA - une cohorte nationale unique en France pour des projets de recherche sur les lymphomes
Actu générale - Recherche

Décembre 2021

REALYSA - une cohorte nationale unique en France pour des projets de recherche sur les lymphomes

L’étude REALYSA vise à collecter des données épidémiologiques, cliniques et biologiques de patients adultes atteints de lymphomes pour mieux comprendre et prendre en charge ces maladies complexes. Depuis le lancement de...

En savoir plus

Asthme sévère : le service de pneumologie du CHU de Besançon intègre le réseau national CRISALIS
Actu générale - Recherche

Décembre 2021

Asthme sévère : le service de pneumologie du CHU de Besançon intègre le réseau national CRISALIS

L’asthme sévère est une forme rare et grave d’asthme (3% à 6% des asthmes) impactant fortement la qualité de vie des patients. Il est responsable en France d’environ 600 000 journées d’hospitalisation et 1 000 décès/an.

...

En savoir plus

Spondylarthrite ankylosante : le CHU de Besançon classé en 23e position au niveau mondial
Actu générale - Recherche

Octobre 2021

Spondylarthrite ankylosante : le CHU de Besançon classé en 23e position au niveau mondial

Le site Expertscape permet d’identifier des scientifiques ayant une expertise en sciences de la vie parmi plusieurs milliers de disciplines. Le Pr Wendling est classé dans le top 10 des experts mondiaux et le Pr Prati dans...

En savoir plus

Projet AmniOST : une nouvelle indication thérapeutique de la membrane amniotique humaine
Actu générale - Recherche

Octobre 2021

Projet AmniOST : une nouvelle indication thérapeutique de la membrane amniotique humaine

L’ostéochimionécrose est une complication connue engendrée par différents traitements pourtant incontournables. La mâchoire, de par ses caractéristiques anatomiques (vascularisation, support pour les dents…), est un os...

En savoir plus

Un traitement complémentaire de la maladie d’Alzheimer : stimulation magnétique transcrânienne répétitive
Actu générale - Recherche

Septembre 2021

Un traitement complémentaire de la maladie d’Alzheimer : stimulation magnétique transcrânienne répétitive

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative grave, caractérisée par une perte progressive de la mémoire et d’autres fonctions cognitives. Elle est la forme de démence la plus fréquente chez les personnes...

En savoir plus

L’usage et la perception que l’on a des espaces verts impactent-ils sur notre santé ?
Actu générale - Recherche

Septembre 2021

L’usage et la perception que l’on a des espaces verts impactent-ils sur notre santé ?

A Besançon comme à Dijon, peut-être serez-vous prochainement sollicité pour répondre à quelques questions sur votre rapport aux espaces verts : A quelle fréquence vous rendez-vous dans des parcs ? Que préférez-vous y faire...

En savoir plus