Logo

L’efficacité de la Team DV validée par une prestigieuse revue scientifique

Retrouvez le fil d'actualités recherche RSS

L’efficacité de la Team DV validée par une prestigieuse revue scientifique

Août 2020

Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) constitue la forme la plus grave de l’atteinte pulmonaire liée au COVID 19 et est responsable d’une mortalité importante (entre 30 à 50 %). En pleine crise sanitaire, au travers de quinze sessions de formations réparties sur 3 jours, 212 volontaires (identifiés en une journée !) ont été formés à la mise en décubitus ventral (DV) des patients placés sous respirateur artificiel et sédatés (c’est-à-dire endormis pour mieux tolérer la ventilation artificielle). De façon pratique, il s’agit de retourner sur le ventre (puis après plusieurs heures, sur le dos) un patient totalement inconscient pour améliorer ses performances pulmonaires, permettant ainsi une meilleure oxygénation et donc une baisse de la mortalité. Une technique essentielle donc dans la prise en charge des patients COVID, mais chronophage et difficile physiquement pour des équipes soignantes déjà sur-mobilisées en réanimation… Retour sur ce qui s’est passé au CHU de Besançon.

Les Teams DV étaient composées de médecins, chirurgiens, internes, infirmières de bloc opératoire et kinésithérapeutes issus du service public et du secteur privé. Tous ont accepté de participer à cette initiative pour venir en soutien aux équipes mobilisées dans les 2 services de réanimation COVID du CHU.

Les sessions de formation, d’une durée d’une heure et demie, ont été dispensées par des formateurs en simulation sous la supervision d'un anesthésiste et d'un chirurgien au sein du centre de simulation hospitalo-universitaire CHUBSIM utilisant des mannequins haute-fidélité. La formation au retournement en DV a été complétée par une formation à l'utilisation des équipements de protection individuelle, indispensable pour réduire au maximum le risque de contamination des soignants et limiter toute surconsommation de ces équipements en cette période de pénurie. Enfin, une check-list spécifique a été élaborée et remise à chaque Team DV pour permettre une communication optimale au sein de chaque équipe et réduire le risque de complications lié au DV.

Entre le 27 mars et le 15 avril, 67 patients ont été pris en charge par les Teams DV. Les patients étaient le plus souvent lourdement médicalisés, intubés, en surpoids, ce qui rendait le geste d’autant plus complexe. Au total, 384 procédures DV ont été réalisées, avec en moyenne 4 DV par patient et une durée moyenne de retournement du patient située entre 14 et 17 minutes. Plus de 100 heures ont donc été consacrées à cette pratique par des équipes de 5 personnes, y compris le week-end avec un taux de complications faible.

Enfin, une enquête conduite auprès des volontaires Team DV a permis de constater qu’ils avaient pu œuvrer en toute sécurité, puisqu’aucun d’entre eux n’a déclaré avoir été contaminé par le SARS-CoV-2. Ces volontaires demeurent mobilisables en cas de nouvelle vague épidémique et la reproductibilité du dispositif complet est assurée.

Cette initiative, accueillie avec enthousiasme à l’échelle du CHU de Besançon, a parfaitement complété la stratégie déployée face à l'épidémie. La cohésion interdisciplinaire, la formation accélérée par la simulation et la standardisation des procédures à l'aide d’une check-list ont montré sans équivoque leur efficacité. Les professionnels mobilisés ont souhaité partager cette expérience au travers d’un article publié dans la prestigieuse revue scientifique Annals of Surgery. Cette démarche est désormais diffusée et sa publication permet de la rendre accessible et applicable dans d’autres établissements en cas de deuxième vague.


Référence de la publication :

Prone Positioning for Severe Acute Respiratory Distress Syndrome in COVID-19 Patients by a Dedicated Team: a safe and pragmatic reallocation of medical and surgical work force in response to the outbreak. Doussot A, Ciceron F, Cerrutti E, Salomon Du Mont L, Thines L, Capellier G, Pretalli JB, Evrard P, Vettoretti L, Garbuio P, Brunel AS, Pili-Floury S and  Lakkis Z. Annals of Surgery 2020. DOI: 10.1097/SLA.0000000000004265.

A lire aussi :

R.COM n°31
Recherche

R.COM n°31

Le dernier numéro de la revue du CHU de Besançon “R.com Recherche” est en ligne. 

En savoir plus

Troubles psychotiques : le CHU de Besançon est membre du réseau de recherche F-PsyNET
Recherche

Janvier 2022

Troubles psychotiques : le CHU de Besançon est membre du réseau de recherche F-PsyNET

Labellisé F-CRIN en 2022, piloté par les Prs Pierre-Michel Llorca (CHU de Clermont-Ferrand – Institut Pascal) et Renaud Jardri (Lille neurosciences & Cognition, CHRU de Lille), F-PsyNET (French Psychosis Network) est un...

En savoir plus

Bio Innovation : le centre d’investigation clinique a intégré les locaux
Recherche

Janvier 2022

Bio Innovation : le centre d’investigation clinique a intégré les locaux

Bio Innovation est un centre de développement localisé sur le site des Hauts-du-Chazal ayant pour vocation de rapprocher les acteurs publics et privés de la recherche afin de favoriser la maturation de projets de...

En savoir plus

HARMI, un projet ciblé sur les microbes
Actu générale - Recherche

Janvier 2022

HARMI, un projet ciblé sur les microbes

Le projet HARMI* est l’un des 15 lauréats de l’appel à projets national ExcellencES. Porté par l’université Bourgogne Franche-Comté, il vise une connaissance optimale des microbes et de leurs interactions avec d’autres...

En savoir plus

REALYSA - une cohorte nationale unique en France pour des projets de recherche sur les lymphomes
Actu générale - Recherche

Décembre 2021

REALYSA - une cohorte nationale unique en France pour des projets de recherche sur les lymphomes

L’étude REALYSA vise à collecter des données épidémiologiques, cliniques et biologiques de patients adultes atteints de lymphomes pour mieux comprendre et prendre en charge ces maladies complexes. Depuis le lancement de...

En savoir plus

Asthme sévère : le service de pneumologie du CHU de Besançon intègre le réseau national CRISALIS
Actu générale - Recherche

Décembre 2021

Asthme sévère : le service de pneumologie du CHU de Besançon intègre le réseau national CRISALIS

L’asthme sévère est une forme rare et grave d’asthme (3% à 6% des asthmes) impactant fortement la qualité de vie des patients. Il est responsable en France d’environ 600 000 journées d’hospitalisation et 1 000 décès/an.

...

En savoir plus

Spondylarthrite ankylosante : le CHU de Besançon classé en 23e position au niveau mondial
Actu générale - Recherche

Octobre 2021

Spondylarthrite ankylosante : le CHU de Besançon classé en 23e position au niveau mondial

Le site Expertscape permet d’identifier des scientifiques ayant une expertise en sciences de la vie parmi plusieurs milliers de disciplines. Le Pr Wendling est classé dans le top 10 des experts mondiaux et le Pr Prati dans...

En savoir plus

Projet AmniOST : une nouvelle indication thérapeutique de la membrane amniotique humaine
Actu générale - Recherche

Octobre 2021

Projet AmniOST : une nouvelle indication thérapeutique de la membrane amniotique humaine

L’ostéochimionécrose est une complication connue engendrée par différents traitements pourtant incontournables. La mâchoire, de par ses caractéristiques anatomiques (vascularisation, support pour les dents…), est un os...

En savoir plus

Un traitement complémentaire de la maladie d’Alzheimer : stimulation magnétique transcrânienne répétitive
Actu générale - Recherche

Septembre 2021

Un traitement complémentaire de la maladie d’Alzheimer : stimulation magnétique transcrânienne répétitive

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative grave, caractérisée par une perte progressive de la mémoire et d’autres fonctions cognitives. Elle est la forme de démence la plus fréquente chez les personnes...

En savoir plus

L’usage et la perception que l’on a des espaces verts impactent-ils sur notre santé ?
Actu générale - Recherche

Septembre 2021

L’usage et la perception que l’on a des espaces verts impactent-ils sur notre santé ?

A Besançon comme à Dijon, peut-être serez-vous prochainement sollicité pour répondre à quelques questions sur votre rapport aux espaces verts : A quelle fréquence vous rendez-vous dans des parcs ? Que préférez-vous y faire...

En savoir plus