Logo

Grossesses multiples et pollution de l'air : existe-t-il un lien entre polluants atmosphériques et croissance fœtale ?

Retrouvez le fil d'actualités recherche RSS

Grossesses multiples et pollution de l'air : existe-t-il un lien entre polluants atmosphériques et croissance fœtale ?

Plusieurs études ont établi un lien entre pollution de l’air élevée et troubles de la croissance foetale. Ces études portent sur des grossesses uniques (un foetus par grossesse), excluant quasi-systématiquement les grossesses multiples (plusieurs foetus par grossesse) qui présentent pourtant davantage de risques, en particulier d'accouchement prématuré et de troubles de la croissance foetale.
Une équipe de chercheurs des CHU de Besançon et Dijon a choisi d’analyser les effets de la pollution atmosphérique sur le déroulement de ces grossesses multiples. Une exposition au dioxyde d’azote (NO2), même à faible concentration, induirait un trouble de la croissance foetale.

Pour mener cette étude rétrospective, les 10 905 accouchements des femmes habitant la ville de Besançon ou l’aire urbaine de Dijon et ayant accouché dans les hôpitaux universitaires de Besançon ou de Dijon entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2009 ont été étudiés. L’indicateur de pollution atmosphérique retenu est le NO2, polluant principalement lié à la circulation routière et au chauffage domestique, sources majeures de la zone d’étude. L’exposition au NO2 a été modélisée au domicile de la mère, dans un rayon de 50 mètres autour de l’habitation et pour différentes périodes de la grossesse. Le trouble de la croissance foetale a été caractérisé par le retard de croissance intra-utérin, défini par un arrêt ou un ralentissement de la croissance foetale constaté lors de mesures prénatales prises à deux ou trois semaines d'intervalle.

Au final, 249 grossesses multiples ont été incluses dans l'étude, ayant donné naissance à 506 nouveau-nés ; huit grossesses étaient triples. Les mères étaient en moyenne exposées pendant la durée de la grossesse à une concentration de NO2 dans l’air extérieur de 24,3 μg/m3, cette valeur variait de 10 à 46,7 μg/m3. La valeur limite annuelle moyenne pour la protection de la santé humaine est fixée par la législation à 40 μg/m3. Les chercheurs ont observé que, pour une augmentation de 10 μg/m3 de cette concentration moyenne sur la durée de la grossesse, le risque de retard de croissance intra-utérin augmentait de 50%.

Ces résultats sont en faveur d'une association entre l’exposition au NO2 et la survenue d’un trouble de la croissance foetale lors de grossesses multiples même dans des villes peu polluées, présentant un niveau d’exposition au NO2 essentiellement inférieur au seuil fixé par la législation européenne.

Cette étude, promue et pilotée par le CHU de Besançon, a été conduite en collaboration avec le CHU de Dijon, les unités mixtes de recherche CNRS-université de Franche-Comté Chrono-environnement et ThéMA, le centre scientifique et technique du Bâtiment, l’association de surveillance de la qualité de l’air ATMO-BFC, et la ville de Besançon et le Grand Dijon. Elle a été financée par l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), et a fait l’objet d’une récente publication dans la prestigieuse revue « Environment International ».

Mariet AS, Mauny F, Pujol S, Thiriez G, Sagot P, Riethmuller D, Boilleaut M, Defrance J, Houot H, Parmentier AL, Vasseur-Barba M, Benzenine E, Quantin C, Bernard N. Multiple pregnancies and air pollution in moderately polluted cities: is there an association between air pollution and fetal growth?. Env Int, 2018 Vol 121, Part 1, Dec:890-897. doi.org/10.1016/j.envint.2018.10.015

◄ Retour à la liste

A lire aussi :

Hacking Health 2019 : 1re conférence inspirante
Actu générale - Recherche

Avril 2019

Hacking Health 2019 : 1re conférence inspirante

Le 3e marathon d’innovation en santé, ou Hacking Health, se tiendra du 18 au 20 octobre prochain. Mais déjà tout est mis en œuvre pour identifier des défis émanant de professionnels de santé ou de patients.
Plusieurs...

En savoir plus

4 avril 2019 : 8e journée de l'Innovation
Actu générale - Recherche

Mars 2019

4 avril 2019 : 8e journée de l'Innovation

Une rencontre annuelle unique réunissant les chercheurs académiques, les professionnels hospitaliers et les industriels high-tech qui oeuvrent pour l’innovation technologique en santé.
 

En savoir plus

CAR T-CELLS : vers une nouvelle immunothérapie pour combattre le cancer du sang et de la moelle
Actu générale - Recherche

Février 2019

CAR T-CELLS : vers une nouvelle immunothérapie pour combattre le cancer du sang et de la moelle

A Besançon, des chercheurs de l’Etablissement français du sang ont intégralement conçu, en collaboration avec le service d’hématologie du CHU, la première immunothérapie cellulaire ciblant IL1-RAP. L’efficacité de ce...

En savoir plus

Prématurité, alimentation et présence parentale
Actu générale - Recherche

Janvier 2019

Prématurité, alimentation et présence parentale

Chaque année, en France, plus de 60 000 enfants naissent prématurément, soit une naissance prématurée toutes les 9 minutes. Si d’importantes innovations thérapeutiques ont augmenté le pronostic vital de ces nouveau-nés...

En savoir plus

Hacking Health 2018 : retour en images
Actu générale - Recherche

Décembre 2018

Hacking Health 2018 : retour en images

Le 2e marathon d'innovation à Besançon a rassemblé du 19 au 21 octobre 2018 plus de 400 participants, avec 24 problématiques présentées et autant de solutions envisagées !

Retour en images sur ce week-end extraordinaire.

...

En savoir plus

UNE ALIMENTATION RICHE EN FROMAGE DÈS LE PLUS JEUNE ÂGE PROTÉGERAIT DES ALLERGIES
Actu générale - Recherche

Décembre 2018

UNE ALIMENTATION RICHE EN FROMAGE DÈS LE PLUS JEUNE ÂGE PROTÉGERAIT DES ALLERGIES

Une étude menée par le CHU de Besançon et l’Inra met en évidence l’intérêt d’une alimentation riche en fromage dès le plus jeune âge. Pour la première fois, est établie une association entre la consommation de fromage et...

En savoir plus