Logo

Détecter le cancer du poumon par une simple prise de sang : une avancée prometteuse

Retrouvez le fil d'actualités recherche RSS

Détecter le cancer du poumon par une simple prise de sang : une avancée prometteuse

Avril 2024

Le cancer du poumon est un cancer fréquent et de mauvais pronostic. Il est dans le monde la première cause de décès par cancer. Pour le détecter, l’examen de référence est le scanner faible dose, par lequel la détection précoce des tumeurs malignes reste trop faible, entraîne de nombreux faux positifs très anxiogènes pour le patient ; cet examen s’avère donc coûteux pour le système de soins.

Actuellement, de nombreuses pistes de recherche s’orientent vers la détection, dans la circulation sanguine, de biomarqueurs spécifiques du cancer du poumon. Leur analyse par biopsie liquide est en plein développement mais reste très complexe car ils sont très peu concentrés dans le sang.

Des chercheurs du CHU de Besançon ont contribué au dépôt d’une demande de brevet européen portant sur des biomarqueurs utilisables en biopsies liquides et spécifiques des cancers pulmonaires. Sur une simple prise de sang, l’emploi de ces biomarqueurs pourrait se faire dans le cadre du dépistage, du diagnostic ou du suivi des adénocarcinomes pulmonaires, avec des résultats hautement précis. Explications.

Identifier dans le sang les cibles les plus discriminantes

Dr Zohair Selmani et Dr Alexis Overs, médecins au CHU de Besançon, ont développé un script informatique nommé MethylSCan (pour méthylation spécifique des cancers) leur permettant d’analyser des bases de données biologiques publiques de divers cancers. Dès le début des travaux, ils ont pensé leur algorithme pour les biopsies liquides. Les données d’environ 400 patients ont été analysées, avec plus de 450 000 cibles potentielles chacun.

Le système devait être capable d’éliminer toutes les cibles qui ne sont pas analysables dans le sang, de faire la différence entre tissu sain et tissu tumoral ; et enfin de ne garder que les cibles les plus discriminantes. Une centaine de cibles ont ainsi été sélectionnées pour constituer des biomarqueurs tumoraux détectables à des doses infinitésimales.

Cet algorithme comprend une étape de machine learning. Cette technologie, sous-ensemble de l'intelligence artificielle, permet de constituer la combinaison de cibles avec la meilleure performance.  En effet, une signature de 6 cibles permet une sensibilité maximale, c’est-à-dire que même une quantité infime de marqueur tumoral peut être détectée ; et la spécificité de l’analyse est garantie, les résultats obtenus peuvent être considérés comme robustes.

Valider biologiquement ces biomarqueurs

Il fallait ensuite valider biologiquement ces biomarqueurs. Cette phase a été développée en collaboration avec la plateforme EPIGENExp de l’université de Franche-Comté et le CHU de Dijon. Cette signature a été testée au CHU de Dijon sur 40 échantillons de sang provenant de 20 sujets sains et 20 patients. Dans près de 95 % des cas, des traces tumorales ont été détectées par PCR digitale chez les patients atteints de cancer du poumon. Rien n’a été détecté chez les sujets sains. Ces résultats ont donc permis de procéder à une première validation de la méthode.

La technique a fait l’objet d’un dépôt de code ainsi que d’une demande de brevet européen associant le CHU de Dijon et l’université de Franche-Comté. Cette demande de brevet, déposée avec le soutien de la SATT SAYENS, porte sur le choix des cibles et les techniques utilisées pour les sélectionner et les détecter.

Les travaux se poursuivent, suite à l’obtention d’un financement obtenu auprès de la SATT SAYENS permettant des travaux de validation de la technique sur 2 années. En effet, dans le cadre d’un projet de recherche clinique porté par les Hospices civils de Lyon, Pre Léa Payen Gay a pu récolter des prélèvements de 70 patients atteints de cancer pulmonaire, correspondant à environ 1 000 échantillons. Ceux-ci seront analysés grâce à l’outil développé lors de la phase de maturation SAYENS. Les premiers résultats préliminaires sont concluants, confortant ainsi la validation du système.

Il pourrait alors être utilisé en routine pour le suivi des patients. Son utilisation pourrait également être élargie à d’autres cancers (colon, pancréas, prostate, ovaires). Les chercheurs souhaiteraient pouvoir en généraliser l’usage pour le dépistage, de manière à pouvoir détecter plus précocement la maladie. Cela permettrait en effet d’avoir un outil de surveillance du cancer du poumon le moins invasif possible pour les patients : une simple prise de sang. Et ainsi proposer une alternative moins lourde et moins onéreuse pour le système de soins, et une avancée pour la médecine de précision. 

Infos +

Ce projet a été financé par le Cancéropole Grand-Est, La Ligue contre le cancer Bourgogne-Franche-Comté et EPIGENExp. Pour les développements futurs, le projet fera l’objet d’un accompagnement et d’un financement par la SATT SAYENS.

Collaborations

- CHU de Besançon
Zohair Selmani, maitre de conférences – praticien hospitalier en oncobiologie, génétique, bioinformatique
Alexis Overs, Assistant hospitalo-Universitaire en oncobiologie, génétique, bioinformatique

- Plateforme EPIGENExp, université de Franche-Comté
Eric Hervouet, maitre de conférences en biochimie et biologie moléculaire
Paul Peixoto, maitre de conférences
en épigénétique

- CHU de Dijon Bourgogne 
Benjamin Tournier, ingénieur de recherche,
service de pathologie

- SATT Sayens
Salma Amensag, PhD – Cheffe de projets santé – dispositifs médicaux

A lire aussi :

Le showroom de l’innovation revient au CHU !
Actu générale - Recherche

Mai 2024

Le showroom de l’innovation revient au CHU !


Rendez-vous jeudi 23 mai pour découvrir des projets innovants pour la santé de demain.

En savoir plus

Treizième journée de l'innovation : les inscriptions sont ouvertes
Actu générale - Recherche

Mai 2024

Treizième journée de l'innovation : les inscriptions sont ouvertes

Cette journée, co-organisée par le CHU et son centre d'investigation clinique (Inserm 1431), le PMT, et l'institut Femto-ST, se tiendra le 28 juin prochain.

En savoir plus

Hacking Health Besançon 2024
Actu générale - Recherche

Du 18 au 20 octobre

Hacking Health Besançon 2024

La huitième édition du Hacking Health Besançon se tiendra du 18 au 20 octobre 2024 à l’UFR Santé sur les Hauts-du-Chazal.
Pendant ce marathon de 48h, des professionnels, associations, étudiants ou autres personnes, de tous...

En savoir plus

I3DM : la plateforme médicale de modélisation, de planification et d’impression 3D fête ses 4 ans
Actu générale - Recherche

Février 2024

I3DM : la plateforme médicale de modélisation, de planification et d’impression 3D fête ses 4 ans

Début 2020, le CHU de Besançon se dotait d’un outil innovant : une plateforme médicale de modélisation, de planification et d’impression 3D. Petite révolution pour les chirurgiens, l’établissement est l’un des premiers...

En savoir plus

Un traitement associant un probiotique peut-il avoir un impact sur la dépression ?
Actu générale - Recherche

Février 2024

Un traitement associant un probiotique peut-il avoir un impact sur la dépression ?

Depuis une dizaine d’années, de nouvelles thérapeutiques sont en voie d’exploration pour améliorer la prise en charge de la dépression. Parmi les différentes pistes, figurent l’immuno-inflammation modulée par le microbiote...

En savoir plus

DISPOSITIF D’ACCOUCHEMENT ODON ASSIST™ :   RÉSULTATS CONCLUANT DE LA PREMIÈRE ÉTUDE FRANÇAISE
Actu générale - Recherche

Février 2024

DISPOSITIF D’ACCOUCHEMENT ODON ASSIST™ : RÉSULTATS CONCLUANT DE LA PREMIÈRE ÉTUDE FRANÇAISE

L’Odon Assist™ est un dispositif d’accouchement innovant permettant d’apporter une aide lors des efforts de poussées maternels. Il est actuellement en cours de développement et n’est pas encore commercialisé. 

...

En savoir plus

Épilepsies rares : un colloque national accueilli à Besançon
Actu générale - Recherche

Novembre 2023

Épilepsies rares : un colloque national accueilli à Besançon

L’équipe du Centre de compétences des épilepsies rares du CHU de Besançon a été choisie cette année pour l’organisation et l’accueil du colloque annuel « les fans de l’épilepsie ».

En savoir plus

Greffe rénale : la transfusion de poches de sang de plus de 20 jours diminue le risque d’échec de la greffe de près de 25%
Actu générale - Recherche

Novembre 2023

Greffe rénale : la transfusion de poches de sang de plus de 20 jours diminue le risque d’échec de la greffe de près de 25%

Transplantation rénale et transfusion sanguine : les résultats d’une étude conduite par des chercheurs bisontins, dont les néphrologues du CHU de Besançon, invitent à adapter les protocoles habituels de transfusion. 

...

En savoir plus

Le suivi gynécologique s’impose à tout âge
Actu générale - Recherche

Septembre 2023

Le suivi gynécologique s’impose à tout âge

[Septembre turquoise] Chaque année, en France, plus de 1 000 patientes décèdent en raison d’un cancer du col de l’utérus alors même que ce cancer pourrait disparaître si la vaccination anti HPV et le dépistage étaient...

En savoir plus

Septembre or : focus sur le projet SAIAD
Actu générale - Recherche

Septembre 2023

Septembre or : focus sur le projet SAIAD

Septembre est un mois dédié à la lutte contre les cancers pédiatriques.

En savoir plus