Logo

COVID-19 : Une évolution technologique du scanner permet de mieux comprendre l’atteinte pulmonaire

Retrouvez le fil d'actualités recherche RSS

COVID-19 : Une évolution technologique du scanner permet de mieux comprendre l’atteinte pulmonaire

Juillet 2020

Une nouvelle publication du pôle imagerie du CHU de Besançon montre que la vascularisation sanguine pulmonaire peut être diminuée sans que des caillots ne soient pourtant visibles.

De nombreuses études ont validé l’intérêt du scanner thoracique dans le diagnostic des atteintes pulmonaires dues au SARS-CoV-2. Cependant, pour des patients nécessitant une assistance respiratoire, cet examen peut donner une image - faussement rassurante - de poumons peu atteints.

Pour ces patients présentant des signes de pneumopathie sévère, l’équipe des Pr Sébastien Aubry et Pr Eric Delabrousse avait alors choisi de remplacer le scanner thoracique par un angioscanner pulmonaire : un scanner avec injection de produit de contraste dans les artères pulmonaires. Cet examen permet de détecter d’éventuelles occlusions des artères pulmonaires. Les résultats, qui avaient permis d’établir un lien entre des occlusions de artères pulmonaires et COVID-19, incitaient à procéder à une recherche de caillots dans les artères pulmonaires par angioscanner thoracique en présence de signes cliniques de gravité.

Un article de cette même équipe publié dans la revue Quantitative Imaging in Medicine and Surgery (QIMS) vient confirmer ces résultats et apporter un éclairage supplémentaire. L’originalité des travaux réside ici dans l’utilisation d’une innovation technologique récente du scanner pour analyser les poumons des patients atteints de COVID-19 : l’acquisition en double énergie, technologie qui permet de caractériser avec une grande précision la répartition du produit de contraste dans les poumons.

Cette nouvelle publication du pôle imagerie du CHU de Besançon confirme la prévalence élevée de patients présentant des caillots obstruant les artères pulmonaires. Et surtout, elle montre que la vascularisation des poumons des patients atteints du COVID-19 est très hétérogène et qu’il existe des zones où la vascularisation sanguine est diminuée sans que des caillots ne soient pourtant visibles. Ceci pourrait être expliqué par des troubles de la microvascularisation pulmonaire dus au COVID-19.

Photo, de gauche à droite : Dr Julien Behr, Pr Sébastien Aubry, Andreas Busse-Coté, Dr Paul Calame, Pr Eric Delabrousse, Dr Franck Grillet.

COVID-19 pneumonia: microvascular disease revealed on pulmonary dual-energy computed tomography angiography – Quant Imaging Med Surg 2020

A lire aussi :

Projet SAIAD : point d’étape
Actu générale - Recherche

Novembre 2022

Projet SAIAD : point d’étape

Le néphroblastome, également appelé tumeur de Wilms, est la tumeur rénale maligne la plus fréquente de l’enfant. En France, cette tumeur représente environ 8 % des cancers pédiatriques, soit environ une centaine de...

En savoir plus

Comment optimiser le recours aux soins palliatifs en cardiologie ?
Actu générale - Recherche

Novembre 2022

Comment optimiser le recours aux soins palliatifs en cardiologie ?

Certaines pathologies cardiaques, et tout particulièrement l’insuffisance cardiaque, se caractérisent par un déclin progressif du patient après une trajectoire alternant des phases de décompensation aigues et des phases...

En savoir plus

Hacking Health Besançon : retour en images
Actu générale - Recherche

Novembre 2022

Hacking Health Besançon : retour en images

La 6e édition du Hacking Health Besançon s’est terminée le 16 octobre. Retour en images sur cette édition détonante !

En savoir plus

Et les lauréats sont...
Actu générale - Recherche

Octobre 2022

Et les lauréats sont...

Il y a tout juste 15 ans, le CHU de Besançon lançait son premier appel à projets interne de recherche, financé sur fonds propres : l’API 3A, renouvelé tous les ans. Depuis ce début d’année, le CHU finance également un...

En savoir plus

20 nouveaux défis à relever !
Actu générale - Recherche

Octobre 2022

20 nouveaux défis à relever !

Le 6e marathon d’innovation ouverte en santé se tiendra ce week-end, du 14 au 16 octobre, à l'UFR Santé.
Hacking Health Besançon, événement co-organisé par Grand Besançon Métropole, le CHU de Besançon, l’Université de...

En savoir plus

Confinement, fin de vie et mort dans les EHPAD pendant la 1re vague de Covid-19 : retour sur l’étude COVIDEHPAD
Actu générale - Recherche

Octobre 2022

Confinement, fin de vie et mort dans les EHPAD pendant la 1re vague de Covid-19 : retour sur l’étude COVIDEHPAD

25 mars 2020 : la Plateforme nationale de recherche sur la fin de vie est mandatée par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation pour conduire une étude nationale sur la situation vécue...

En savoir plus

Cancer de la prostate : Messieurs, à vos abdos !
Actu générale - Recherche

Septembre 2022

Cancer de la prostate : Messieurs, à vos abdos !

Le cancer de la prostate est le premier cancer masculin, il tue environ 9000 personnes par an. Le traitement de référence, lorsqu'il n'y a pas de métastase, consiste à ôter la prostate et les vésicules séminales. C'est-ce...

En savoir plus

Vers une prise en charge robotisée des infarctus cérébraux
Actu générale - Recherche

Septembre 2022

Vers une prise en charge robotisée des infarctus cérébraux

Les infarctus cérébraux constituent la première cause d’invalidité dans le monde, notamment en raison du délai de prise en charge des patients éloignés des centres proposant des procédures de neuroradiologie...

En savoir plus

Financement de 6 nouveaux projets de recherche
Actu générale - Recherche

Juillet 2022

Financement de 6 nouveaux projets de recherche

Le CHU obtient cette année le financement de 6 nouveaux appels à projets DGOS.
Chaque année, le ministère de la Santé lance, via la Direction générale de l’offre de soins, sa campagne d’appels à projets de recherche...

En savoir plus

PROFESSION CHERCHEUR#7 : l'étude PREPALIM
Actu générale - Recherche

Juillet 2022

PROFESSION CHERCHEUR#7 : l'étude PREPALIM

Rendez-vous avec Sandrine Boillot, puéricultrice en néonatologie, coordinatrice de l’implantation du NIDCAP à l’hôpital, et Agnès Clément, kinésithérapeute en réanimation infantile et néonatologie, toutes deux certifiées...

En savoir plus