Logo

Concours international de jeunes chefs d’orchestre de Besançon

Retrouvez le fil d'actualités recherche RSS

Concours international de jeunes chefs d’orchestre de Besançon

Septembre 2019

Fondé en 1951 sous l’égide du prestigieux Festival de musique de Besançon Franche-Comté, le Concours international de jeunes chefs d’orchestre s’est rapidement imposé comme l’une des plus importantes manifestations de sa catégorie. L’organisation du festival soutient cette année l’initiative de chercheurs du CHU de Besançon1 et de l’université de Franche-Comté² pour mener une étude sur les émotions ressenties par le public et les musiciens lors de la 56e édition de ce concours qui se déroulera du 16 au 19 septembre.

« Pour étudier les émotions il faut un contexte favorable, par chance nous avons la musique ».  

Nous avons tous déjà remarqué que nous vivons des moments plus intensément lorsque nous sommes en présence d’autrui et dans un contexte particulier. Pour l’étude des interactions humaines et spécifiquement des émotions, il faut se placer dans des conditions au plus proche de la réalité. Le concours des jeunes chefs d’orchestre offre cette opportunité en répliquant tous les critères utiles à un protocole de recherche. 

En effet, les candidats chefs d’orchestre devront diriger les mêmes œuvres musicales avec le même orchestre, dans la même salle, pour une même durée et devant le même jury et le même public. Ils seront vingt à s’affronter lors des huitièmes de finales, douze lors des quarts de finales puis six seront retenus pour les demi-finales et seulement trois pour la finale. Ce contexte spécifique constitue un modèle idéal pour étudier la synchronisation émotionnelle entre les membres du public.

Chaque candidat dirigera les musiciens et transmettra, ou non, une émotion au public, selon l’interprétation qu’il fera de l’œuvre. Ce schéma quasi-expérimental assure de bonnes conditions de répétition et de comparaison pour une étude scientifique.

L’expérience consistera d’une part à évaluer les émotions de tout le public, qui sera invité à répondre à la fin de chaque séance à un questionnaire caractérisant leur ressenti à l’écoute de chacun des candidats. D’autre part, lors des quarts et des demi-finales certains spectateurs seront équipés de capteurs permettant d’enregistrer précisément leurs émotions en continu. Ces enregistrements porteront sur la captation de l’activité cérébrale, de la réactivité de la peau (frissons, chair de poule, poils hérissés) et la variabilité du rythme cardiaque. Un boitier tactile permettra de collecter en temps réel leur ressenti subjectif.

Cette étude permettra de mieux comprendre comment une synchronisation émotionnelle peut survenir entre les membres d’un même groupe. Cette expérience sera reproduite ensuite dans d’autres groupes et d’autres contextes, avec ou sans musique, pour affiner les résultats obtenus. A terme, les fruits de ces travaux pourront servir notamment à l’évaluation et l’amélioration de la synchronisation de groupes d’intervention médicaux et autres.

Et si vous participiez à cette étude ?

Nous recherchons une quinzaine de participants volontaires à chacune des séances de l’après-midi (14h30) et du soir (20h) des mardi 17 et mercredi 18 septembre.  Si vous êtes inscrit(e) aux séances des quarts et des demi-finales, si vous avez plus de 18 ans et êtes droitier(ère) et si vous souhaitez participer à cette étude, merci de contacter : tchabin@edu.univ-fcomte.fr

Cette étude est menée par le Laboratoire de neurosciences, l’Inserm et le CHU de Besançon, avec un soutien financier de la Région Bourgogne Franche-Comté et une bourse de thèse du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

1 : centre d’investigation clinique Inserm CIC1431 du CHU de Besançon

2 : laboratoire de neurosciences de l’université de Franche-Comté

Photo : Yves PETIT

A lire aussi :

R.COM n°31
Recherche

R.COM n°31

Le dernier numéro de la revue du CHU de Besançon “R.com Recherche” est en ligne. 

En savoir plus

Troubles psychotiques : le CHU de Besançon est membre du réseau de recherche F-PsyNET
Recherche

Janvier 2022

Troubles psychotiques : le CHU de Besançon est membre du réseau de recherche F-PsyNET

Labellisé F-CRIN en 2022, piloté par les Prs Pierre-Michel Llorca (CHU de Clermont-Ferrand – Institut Pascal) et Renaud Jardri (Lille neurosciences & Cognition, CHRU de Lille), F-PsyNET (French Psychosis Network) est un...

En savoir plus

Bio Innovation : le centre d’investigation clinique a intégré les locaux
Recherche

Janvier 2022

Bio Innovation : le centre d’investigation clinique a intégré les locaux

Bio Innovation est un centre de développement localisé sur le site des Hauts-du-Chazal ayant pour vocation de rapprocher les acteurs publics et privés de la recherche afin de favoriser la maturation de projets de...

En savoir plus

HARMI, un projet ciblé sur les microbes
Actu générale - Recherche

Janvier 2022

HARMI, un projet ciblé sur les microbes

Le projet HARMI* est l’un des 15 lauréats de l’appel à projets national ExcellencES. Porté par l’université Bourgogne Franche-Comté, il vise une connaissance optimale des microbes et de leurs interactions avec d’autres...

En savoir plus

REALYSA - une cohorte nationale unique en France pour des projets de recherche sur les lymphomes
Actu générale - Recherche

Décembre 2021

REALYSA - une cohorte nationale unique en France pour des projets de recherche sur les lymphomes

L’étude REALYSA vise à collecter des données épidémiologiques, cliniques et biologiques de patients adultes atteints de lymphomes pour mieux comprendre et prendre en charge ces maladies complexes. Depuis le lancement de...

En savoir plus

Asthme sévère : le service de pneumologie du CHU de Besançon intègre le réseau national CRISALIS
Actu générale - Recherche

Décembre 2021

Asthme sévère : le service de pneumologie du CHU de Besançon intègre le réseau national CRISALIS

L’asthme sévère est une forme rare et grave d’asthme (3% à 6% des asthmes) impactant fortement la qualité de vie des patients. Il est responsable en France d’environ 600 000 journées d’hospitalisation et 1 000 décès/an.

...

En savoir plus

Spondylarthrite ankylosante : le CHU de Besançon classé en 23e position au niveau mondial
Actu générale - Recherche

Octobre 2021

Spondylarthrite ankylosante : le CHU de Besançon classé en 23e position au niveau mondial

Le site Expertscape permet d’identifier des scientifiques ayant une expertise en sciences de la vie parmi plusieurs milliers de disciplines. Le Pr Wendling est classé dans le top 10 des experts mondiaux et le Pr Prati dans...

En savoir plus

Projet AmniOST : une nouvelle indication thérapeutique de la membrane amniotique humaine
Actu générale - Recherche

Octobre 2021

Projet AmniOST : une nouvelle indication thérapeutique de la membrane amniotique humaine

L’ostéochimionécrose est une complication connue engendrée par différents traitements pourtant incontournables. La mâchoire, de par ses caractéristiques anatomiques (vascularisation, support pour les dents…), est un os...

En savoir plus

Un traitement complémentaire de la maladie d’Alzheimer : stimulation magnétique transcrânienne répétitive
Actu générale - Recherche

Septembre 2021

Un traitement complémentaire de la maladie d’Alzheimer : stimulation magnétique transcrânienne répétitive

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative grave, caractérisée par une perte progressive de la mémoire et d’autres fonctions cognitives. Elle est la forme de démence la plus fréquente chez les personnes...

En savoir plus

L’usage et la perception que l’on a des espaces verts impactent-ils sur notre santé ?
Actu générale - Recherche

Septembre 2021

L’usage et la perception que l’on a des espaces verts impactent-ils sur notre santé ?

A Besançon comme à Dijon, peut-être serez-vous prochainement sollicité pour répondre à quelques questions sur votre rapport aux espaces verts : A quelle fréquence vous rendez-vous dans des parcs ? Que préférez-vous y faire...

En savoir plus