Logo

Cancers HPV : une nouvelle stratégie d’immunothérapie évaluée au CHU de Besançon

Retrouvez le fil d'actualités recherche RSS

Cancers HPV : une nouvelle stratégie d’immunothérapie évaluée au CHU de Besançon

Septembre 2020

Les cancers liés aux papillomavirus humains (HPV) touchent chez les hommes et les femmes, les sphères digestives et gynécologiques (col de l’utérus, vulve, vagin, anus) ainsi que les voies aérodigestives supérieures (bouche et gorge). 70% des cancers du col de l’utérus, 95% des cancers de l'anus et environ 70% des cancers de l'oropharynx sont liés à l'infection par HPV.

Lorsque ces maladies deviennent métastatiques, une résistance à la chimiothérapie s’établit vite, limitant les ressources thérapeutiques.

Le service d’oncologie médicale du CHU de Besançon, l’unité de recherche Inserm 1098 RIGHT et l’EFS Bourgogne Franche-Comté ont structuré une activité de recherche pour développer de nouvelles approches thérapeutiques immunologiques.

L’équipe d’oncologie médicale de Besançon1 conduit ainsi un essai clinique (étude VOLATIL) visant à étudier l’efficacité d’une combinaison thérapeutique associant un vaccin développé au CHU de Besançon (UCPVax) à un médicament d’immunothérapie nommé Atézolimumab (ROCHE), chez les patients atteints de cancers induits par HPV. Les chercheurs espèrent que cette combinaison, utilisée à la place des thérapeutiques standards, permettra de ralentir la progression de la maladie et d’en augmenter le taux de rémission.

Les traitements associés

UCPVax est un vaccin développé au CHU de Besançon et breveté en 2012. Il s’agit d’un vaccin thérapeutique. Il ne prévient donc pas la maladie comme le font les vaccins traditionnels, mais incite le système immunitaire à attaquer les cellules cancéreuses et vise à empêcher les récidives. Ce vaccin a déjà été testé chez des patients atteints de cancer du poumon et son innocuité a été établie.

L’Atezolizumab est un traitement d’immunothérapie qui amplifie les réponses immunitaires anti-tumorales. Ce traitement s’est avéré efficace dans plusieurs indications comprenant les cancers hépatiques. Il n’est pas à ce jour disponible pour les cancers induits par HPV, sauf dans le cadre d’essais thérapeutiques.

Un projet phare du CLIP²

Les centres d’essais cliniques de phase précoce (CLIP²) sont labellisés par l’Institut National de Cancer (INCa). Ils associent au sein d'établissements de santé (CHU, CLCC), des centres investigateurs spécialisés dans les essais précoces de nouveaux médicaments. Le CHU de Besançon est un centre d’essai clinique de phase précoce du CLIP2 Bourgogne Franche-Comté spécialisé dans les thérapeutiques immunologiques. Cette étude a été sélectionnée et est financée par l’INCa et par la Fondation ARC dans le cadre de l’appel à projets 2018 dédié aux centres de phases précoces. Le laboratoire ROCHE apporte son soutien à l’étude en fournissant l’immunothérapie.

Ce projet phare du CLIP2 Bourgogne Franche-Comté illustre les collaborations entre chercheurs et cancérologues au sein de notre région et la capacité de ces équipes à amener les innovations biomédicales dans le domaine de la recherche clinique pour les patients.

Objectifs

Les chercheurs incluront 47 patients. Les inclusions ont déjà débuté, en février 2020, au CHU de Besançon. Dans l’étude de phase II VOLATIL, les médecins évaluent si l’Atezolizumab pourra amplifier les réponses immunitaires générées par le vaccin.  Cette étude s’adresse aux patients pour lesquels a été diagnostiqué un cancer localement avancé ou métastatique ORL, du canal anal, du col de l’utérus ou de la vulve associé à la présence du virus HPV.

Cette étude, portée par le CHU de Besançon, pourrait conduire à une meilleure prise en charge des patients atteints d’un cancer induit par HPV notamment en ralentissant la progression de la maladie. Elle pourrait aussi contribuer à améliorer leur qualité de vie du fait de la bonne tolérance de ces deux traitements en regard des chimiothérapies standards. Les résultats devraient être connus d’ici 3 ans.

1 : Equipe médicale en charge du projet :

Dr Laura Mansi, Dr Laurie Spehner, Dr Tristan Maurina, Pr Olivier Adotevi, Pr Christophe Borg.

Contact : mrebucci@chu-besancon.fr

A lire aussi :

R.COM n°31
Recherche

R.COM n°31

Le dernier numéro de la revue du CHU de Besançon “R.com Recherche” est en ligne. 

En savoir plus

Troubles psychotiques : le CHU de Besançon est membre du réseau de recherche F-PsyNET
Recherche

Janvier 2022

Troubles psychotiques : le CHU de Besançon est membre du réseau de recherche F-PsyNET

Labellisé F-CRIN en 2022, piloté par les Prs Pierre-Michel Llorca (CHU de Clermont-Ferrand – Institut Pascal) et Renaud Jardri (Lille neurosciences & Cognition, CHRU de Lille), F-PsyNET (French Psychosis Network) est un...

En savoir plus

Bio Innovation : le centre d’investigation clinique a intégré les locaux
Recherche

Janvier 2022

Bio Innovation : le centre d’investigation clinique a intégré les locaux

Bio Innovation est un centre de développement localisé sur le site des Hauts-du-Chazal ayant pour vocation de rapprocher les acteurs publics et privés de la recherche afin de favoriser la maturation de projets de...

En savoir plus

HARMI, un projet ciblé sur les microbes
Actu générale - Recherche

Janvier 2022

HARMI, un projet ciblé sur les microbes

Le projet HARMI* est l’un des 15 lauréats de l’appel à projets national ExcellencES. Porté par l’université Bourgogne Franche-Comté, il vise une connaissance optimale des microbes et de leurs interactions avec d’autres...

En savoir plus

REALYSA - une cohorte nationale unique en France pour des projets de recherche sur les lymphomes
Actu générale - Recherche

Décembre 2021

REALYSA - une cohorte nationale unique en France pour des projets de recherche sur les lymphomes

L’étude REALYSA vise à collecter des données épidémiologiques, cliniques et biologiques de patients adultes atteints de lymphomes pour mieux comprendre et prendre en charge ces maladies complexes. Depuis le lancement de...

En savoir plus

Asthme sévère : le service de pneumologie du CHU de Besançon intègre le réseau national CRISALIS
Actu générale - Recherche

Décembre 2021

Asthme sévère : le service de pneumologie du CHU de Besançon intègre le réseau national CRISALIS

L’asthme sévère est une forme rare et grave d’asthme (3% à 6% des asthmes) impactant fortement la qualité de vie des patients. Il est responsable en France d’environ 600 000 journées d’hospitalisation et 1 000 décès/an.

...

En savoir plus

Spondylarthrite ankylosante : le CHU de Besançon classé en 23e position au niveau mondial
Actu générale - Recherche

Octobre 2021

Spondylarthrite ankylosante : le CHU de Besançon classé en 23e position au niveau mondial

Le site Expertscape permet d’identifier des scientifiques ayant une expertise en sciences de la vie parmi plusieurs milliers de disciplines. Le Pr Wendling est classé dans le top 10 des experts mondiaux et le Pr Prati dans...

En savoir plus

Projet AmniOST : une nouvelle indication thérapeutique de la membrane amniotique humaine
Actu générale - Recherche

Octobre 2021

Projet AmniOST : une nouvelle indication thérapeutique de la membrane amniotique humaine

L’ostéochimionécrose est une complication connue engendrée par différents traitements pourtant incontournables. La mâchoire, de par ses caractéristiques anatomiques (vascularisation, support pour les dents…), est un os...

En savoir plus

Un traitement complémentaire de la maladie d’Alzheimer : stimulation magnétique transcrânienne répétitive
Actu générale - Recherche

Septembre 2021

Un traitement complémentaire de la maladie d’Alzheimer : stimulation magnétique transcrânienne répétitive

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative grave, caractérisée par une perte progressive de la mémoire et d’autres fonctions cognitives. Elle est la forme de démence la plus fréquente chez les personnes...

En savoir plus

L’usage et la perception que l’on a des espaces verts impactent-ils sur notre santé ?
Actu générale - Recherche

Septembre 2021

L’usage et la perception que l’on a des espaces verts impactent-ils sur notre santé ?

A Besançon comme à Dijon, peut-être serez-vous prochainement sollicité pour répondre à quelques questions sur votre rapport aux espaces verts : A quelle fréquence vous rendez-vous dans des parcs ? Que préférez-vous y faire...

En savoir plus