Logo

Les inhibiteurs de Janus kinase dans la polyarthrite rhumatoïde

Les inhibiteurs de Janus kinase dans la polyarthrite rhumatoïde

Septembre 2019

La polyarthrite rhumatoïde touche en France environ 200 000 personnes. Pour environ 30% d’entre elles, la maladie est résistante aux traitements. Apparus récemment, les inhibiteurs de Janus kinases (JAK) viennent s’ajouter à l’arsenal thérapeutique afin d’offrir aux patients une nouvelle ligne de traitement. Ces nouveaux traitements ont montré leur efficacité sur la maladie mais la première revue des données de pharmacovigilance, réalisée au CHU de Besançon, met en évidence la survenue possible de troubles oculaires chez des patients ainsi traités.
Sans remettre en cause le bénéfice de ces nouvelles molécules, ces travaux ont permis d’alerter quant à cette survenue possible d’évènement indésirable.
Ils rappellent aussi la nécessité pour chacun d’entre nous de déclarer les effets inattendus des médicaments et le rôle essentiel des centres de pharmacovigilance.

Illustration à partir de Freepick

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune qui se caractérise par une douleur et une inflammation des articulations. Récemment, les inhibiteurs de JAK, baricitinib et tofacitinib, deux médicaments homologués en Europe en 2017 pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde sont commercialisés sur le territoire français sous respectivement les noms de OLUMIANT et XELJANZ. Tous deux bloquent certaines enzymes situées au sein des cellules responsables de la pathologie et empêchent la production des substances inflammatoires responsables de la destruction des articulations. 
Les rhumatologues du CHU de Besançon ont constaté qu’un patient, traité par inhibiteur de JAK, subissait une perte de vision évoluant vers une ulcération de la cornée, avec une amélioration de la vision après arrêt définitif du traitement. 
Ils ont alerté le centre régional de pharmacovigilance de Franche-Comté qui a alors recensé jusqu'à mai 2018, l'ensemble des troubles oculaires survenus chez des patients avec un traitement par inhibiteurs de JAK enregistrés dans la base européenne de pharmacovigilance, Eudravigilance.
Au total, 41 cas de troubles oculaires non envisagés dans les effets indésirables ont été observés. Ces problèmes sont apparus chez des patients de 60 ans et en moyenne après un peu plus d’un an de traitement.

Divers symptômes extra-articulaires sont observés chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde parmi lesquels, des troubles de la vue (sécheresse oculaire, sclérite, uvéite). Pour autant, les rhumatologues devront garder en mémoire ce lien potentiel entre inhibiteurs de JAK et troubles oculaires même si les cas observés sont peu nombreux.

Pourquoi déclarer les effets indésirables non listés sur la notice des médicaments ?
Une fois sur le marché, le médicament sera employé chez une multitude de patients aux caractéristiques différentes (état pathologique, prise d'autres médicaments, âge, etc.). Des effets indésirables non mis en évidence lors des essais cliniques, peuvent survenir à tout instant.
Les notifications spontanées d'effets indésirables médicamenteux sont indispensables pour identifier de nouveaux risques et prendre rapidement les mesures nécessaires pour assurer la sécurité d'emploi des médicaments après leur mise sur le marché.
Les notifications d'effets indésirables médicamenteux doivent être déclarées aux centres régionaux de pharmacovigilance qui les analysent et les enregistrent dans la base nationale de pharmacovigilance pour une transmission à l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé et à l’European Medicine Agency.
Le signalement répété de cas similaires génère une alerte qui déclenche une enquête dont l'objectif est d'évaluer le problème et de préconiser les mesures préventives.
Dans la présente étude, les cas ont été principalement rapportés par des médecins (51%), les usagers viennent en seconde position (39 %) et enfin les autres professionnels de santé 10%.

Patients et professionnels de santé résidant dans les départements 25, 39, 70 et 90 peuvent déclarer les effets indésirables liés aux médicaments à l’adresse suivante
http://www.pharmacovigilance-fcomte.fr/1/accueil.html

A lire aussi :

Solidarité Covid-19 : élans de générosité envers les personnels hospitaliers
Actu générale

Juin 2020

Solidarité Covid-19 : élans de générosité envers les personnels hospitaliers

La crise sanitaire a fait émerger des gestes solidaires sans précédent envers les personnels hospitaliers, saluant ainsi leur professionnalisme et leur engagement remarquables au quotidien dans la lutte contre le...

En savoir plus

COVID-19 et grossesse : quels sont  les risques de transmission mère-enfant ?
Actu générale - Recherche

Mai 2020

COVID-19 et grossesse : quels sont les risques de transmission mère-enfant ?

COVID-19 : quels sont les risques de transmission de la mère à l’enfant pendant la grossesse et pendant l’accouchement ?
C’est la question à laquelle le projet TRANSCOVID, porté par le CHU de Besançon, souhaite apporter...

En savoir plus

Covid-19 : informations et mesures de précaution
Actu générale

Mai 2020

Covid-19 : informations et mesures de précaution

Face à l'épidémie de coronavirus, appliquez les gestes barrières pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

  • Lavez-vous très régulièrement les mains ou utilisez une solution hydro-alcoolique
  • Toussez ou...

En savoir plus

Foire aux questions
Actu générale

Mai 2020

Foire aux questions

Cette rubrique apporte des réponses aux questions que peuvent se poser les patients du CHU et leurs proches depuis le début de la crise et les mesures mises en place concernant les activités de l'hôpital.

...

En savoir plus

Des renforts extérieurs appréciés de tous !
Actu générale

Mai 2020

Des renforts extérieurs appréciés de tous !

Depuis le début de l'épidémie, la mobilisation intense et solidaire de tous les professionnels du CHU est sans faille. De nombreux agents ont changé d'affectation pour s'investir avec efficacité dans les secteurs...

En savoir plus

Le CHU organise de la reprise progressive de ses activités
Actu générale

Mai 2020

Le CHU organise de la reprise progressive de ses activités

Le CHU enregistre depuis quelques semaines une baisse relative du nombre d’hospitalisations pour des cas de Covid-19 mais reste entièrement mobilisé pour prendre en charge des patients atteints de forme sévère....

En savoir plus

Une mobilisation exceptionnelle depuis le début de l'épidémie
Actu générale

Mai 2020

Une mobilisation exceptionnelle depuis le début de l'épidémie

La crise sanitaire que nous vivons a profondément modifié les organisations du CHU, qui a été l’un des premiers établissements de santé français à déclencher son Plan Blanc dès le 9 mars, pour faire face à l’afflux...

En savoir plus

Covid-19 : à partir de quand les personnes infectées sont-elles contagieuses ?
Actu générale - Recherche

Avril 2020

Covid-19 : à partir de quand les personnes infectées sont-elles contagieuses ?

Le CHU de Besançon participe à l’étude CoV-CONTACT initiée par l’Inserm et promue par l’AP-HP. Cette étude nationale multicentrique est menée afin de mieux comprendre la transmission interhumaine du coronavirus responsable...

En savoir plus

Mobilisation intensive dans la recherche sur le Covid 19
Actu générale - Recherche

Avril 2020

Mobilisation intensive dans la recherche sur le Covid 19

Depuis le début de la pandémie, le CHU de Besançon est pleinement mobilisé dans la recherche sur le Covid-19. De nombreuses équipes s'investissent pour faire progresser l'état des connaissances sur le coronavirus :...

En savoir plus

Un immense merci pour vos dons !
Actu générale

Avril 2020

Un immense merci pour vos dons !

Le CHU de Besançon tient à remercier très chaleureusement tous les élans de générosité et de soutien dont il est l’objet en cette difficile période.
Dons en argent, repas, matériels et équipements, mise à disposition de...

En savoir plus